Aller au contenu


Afficher ou pas le shoutbox Shoutbox

Stratus : (24 juin 2017 - 22:37) Bonne Fête nationale à tous !
Mizar : (24 juin 2017 - 15:45) Bonne St-Jean en passant.... !!!
erol : (24 juin 2017 - 12:33) J'avais une drôle de coupe de cheveux pis du drôle de linge dans ce temps-là. Ouf! :sick:
cpweather : (24 juin 2017 - 11:26) Moi ça me rappelle MuchMusic sur le câble et aussi l'ouragan Gloria https://en.wikipedia...urricane_Gloria qui nous avait donné pas mal de pluie et de vent...
Mizar : (24 juin 2017 - 05:59) Ça me rapelle des souvenirs de la Polyvalente. :thumbup:
Redimensionner le Shoutbox

Photo

L'utilisation des modèles météorologique, un vrai casse-tête!


  • Please log in to reply
Aucune réponse à ce sujet

#1 Oliski2006

Oliski2006

    Régulier

  • Membres
  • Pip
  • 789 messages
  • Localité :Longueuil

Posté 03 juin 2016 - 10:25

Bonjour à tous,

Comme bien des gens ici sur le forum le savent déjà, la météorologie est une science que l’on peut dire ‘’inexacte’’. Bien que basé sur les lois de la physique,  l’imprécision des observations , même minime, deviennent très grande lors des modélisations du à la résolutions d’équation différentielle de façon numérique et non continues, et le fait qu’on a  pas 20 jours de libre pour faire une prédiction pour le lendemain.

Il faut y penser : pour un modèle de résolution de 30 km, si on met une grille sur le Québec, on aurait une grille de 100 par 50 points. Avec 20 niveaux de pression, on est rendu à 100 000 résolution (estimations) d’équation différentielles, pour un seul paramètre et un seul pas de temps…Mettez ca sur l’échelle de la planète, des modèles qui résolvent les équation pour 500 fois la superficie du Québec, sur 10 jours à pas de temps de 6 heures, ca fait 2 milliard de calculs fait par run. Pour un seul paramètre! 2 milliards d’estimations sur une erreur d’observation aussi petite qu’elle soit, c’est bien normal que les modèles ne réussissent pas à prédire.

Tout cela pour dire : je n’ai pas trouvé sur ce forum de sujet pour parler de la performance des modèles en général; on pourrait peut-être partager nos connaissances en trait à chaque modèle : leur forces, leur faiblesses sur les systèmes synoptiques versus la convection, les types de précipitations en hiver…

J’ignore qui de la communauté des chasseurs d’orages, amateurs de météo, météorologue ou étudiants en recherche consultent ce forum, mais ca peut toujours être de bon point de départ avec des sujets comme cela.

Ca peut aussi bien concerner les modèles globaux américains et canadiens (comme les modèles régionaux au Québec et en France ou de recherche comme le Weather Research and Forecasting Model)

Bonne discussion si certains y sont intéressés!






2 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 2 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)