Aller au contenu


Afficher ou pas le shoutbox Shoutbox

dave20 : (23 février 2017 - 06:56) Oui et un premier 20°C possible aussi.
Pooram : (22 février 2017 - 20:23) Du vent dans la vallé du Richelieu samedi !
Pooram : (20 février 2017 - 18:08) A ben ça cé drôle, je bois jamais ça du lait d'amande pis la y a 3 jours j'en ai acheter... :blink: mais c'est pas ben ben sucré - mais mais mais, y a un tit canis de si#*! hmm siboir qui fa chau dans mason la la... :blushing:
Mizar : (20 février 2017 - 16:29) Yes !!! On peut recommencer à boire du lait d'amande... yuummm!!!! :umbrella: :yahoo:
erol : (20 février 2017 - 16:24) C'est pas eux autres qui étaient en période de sècheresse depuis plusieurs années?
Redimensionner le Shoutbox

Photo

L'hiver peut-être plus "actif" cette année. Explications


  • Please log in to reply
6 réponses à ce sujet

#1 Jean-Louis

Jean-Louis

    Contributeur

  • Modérateurs
  • PipPip
  • 1 754 messages

Posté 11 novembre 2016 - 14:36

Peu après l'évocation de froid en embuscade possible sur le nord à est Européen (voir en bas de mon post ci-dessous) la chaine météo vient d'actualiser sa prévision saisonnière qui va finalement dans ce sens.

C'est bien fait, bien illustré; ça correspond assez bien à ce que l'on peut constater et en déduire dés à présent.

 

La chaîne Météo:

 

Nos prévisions saisonnières envisagent un hiver plus froid que les trois précédents. L'extension record des neiges de Sibérie peut expliquer partiellement ce changement de temps. 

La dernière actualisation des prévisions saisonnières du 10 novembre met en évidence un scénario météo un peu plus froid que prévu initialement sur la France, notamment pour les mois de décembre et de janvier.

Les surfaces enneigées en Sibérie, puis en Russie et en Scandinavie ainsi que - paradoxalement - la faible surface de mer prise par la banquise peuvent expliquer en partie ce changement de prévision.

Certains paramètres entrent partiellement en considération dans la prévision de la météo hivernale en Europe : parmi ces paramètres externes, la surface recouverte par la neige en Sibérie dès le mois d'octobre est un indicateur car la neige, ayant un fort pouvoir de réflexion (albédo) entraîne un refroidissement sur le continent et forme un "super anticyclone" (le fameux anticyclone de Sibérie).

Parallèlement, cette année, l'air doux Atlantique remonte sur l'océan Glacial Arctique, ce qui retarde la formation de la banquise (extension actuelle très déficitaire pour la saison). Il fait donc plus doux sur les rives de l'océan Arctique que sur le continent.

Ces deux phénomènes peuvent modifier l'écoulement des masses d'air froid et faciliter le décrochage du vortex polaire vers l'Europe, responsable des vagues de froid. Fin de l'article

 

Remarque: C'est vrai que le froid accumulé sur ces régions continentales tombe à point nommé sur l'émisphère nord au moment ou l'ensoleillement donc le réchauffement diurne va devenir le plus faible.

Le froid affecte bien de s'installer en pellicules s'épaississant au dessus de sols bien refroidis et en déficit quotidien de réchauffement. Rien de tel pour constituer une bonne épaisseur de froidure non seulement bien difficile à déloger mais constituant une excellente réserve pour de belles descentes hivernales

On en est pas encore là mais à suivre...

 

 

Miniature(s) jointe(s)

  • 20161111-091552-METEO-Paris-REPORTER_WEB-209609_g.jpg
  • 20161111-091636-METEO-Paris-REPORTER_WEB-209610_g.jpg

Ex prévisionniste en hydrométéorologie sur le bassin de la Garonne.

#2 cpweather

cpweather

    Administrateur

  • Admin
  • PipPip
  • 1 629 messages
  • Localité :Toulouse, France
  • Prénom :Christian
  • Nom :Pagé

Posté 12 novembre 2016 - 03:12

Ce sera très intéressant à suivre. Ce sera un cas d'étude où on pourra voir si cette couverture de neige plus importante (en superficie) et plus précoce est suffisante pour donner un hiver froid en Europe de l'Ouest et en France!


Christian Pagé

Météorologiste professionnel


#3 calou34

calou34

    Nouveau

  • Membres
  • 109 messages
  • Localité :Valflaunès (Hérault)

Posté 10 janvier 2017 - 17:00

Bonsoir à tous,

 

Eh bien voici un pattern pas mal anticipé qui tendrait prochainement à produire ses effets jusqu’en méditerranée occidentale (après l’Europe centrale et les Balkans, toujours un peu plus à l’ouest). 

telechargementqfu8_mini.png

 

A force de perturber la composante zonale hémisphérique (voir le post précédent de Jean Louis sur la redistribution des anomalies de t° entre continents et arctique), les processus de transport dans le plan méridional prennent de l’ampleur et les ondes transitoires déferlent régulièrement sur l’Europe avec une amplitude inhabituelle (visible ici sur les réanalyses du NCEP du géopotentiel à 200 hPa).

 

 

200z_30b.rnl_vyp3.gif

 

Exemple ce soir avec le centre européen (IFS) qui pousse le flux d’activité d’ondes jusqu’au blocage scandinave, et l’advection des masses d’air glaciales bien plus à l’ouest que précédemment (merci professeur). :D

Ici l’incertitude (modèle européen) sur les t° au niveau 850 hPa est encore importante à l’échéance d’une semaine, mais la déviation normalisée (panneau de gauche) montre un comportement de l’ensemble plutôt fiable. :rolleyes:

 

 

ps2png_atls20_95e2cf679cd58ee9b4db4dd119

 

A suivre.  ;)



#4 Jean-Louis

Jean-Louis

    Contributeur

  • Modérateurs
  • PipPip
  • 1 754 messages

Posté 12 janvier 2017 - 02:50

Merci Calou pour ces investigations toujours aussi pertinentes et ô combien intéressantes.

 

Je n'ai pas trop le temps en ce moment, mais bien sûr, on surveillera tout ça dès la mise en place de l'advection froide imminente. Le forçage et son coup de vent de la nuit prochaine en seront le déclencheur.

 

A très bientôt donc :thumbup2:


Ex prévisionniste en hydrométéorologie sur le bassin de la Garonne.

#5 Jean-Louis

Jean-Louis

    Contributeur

  • Modérateurs
  • PipPip
  • 1 754 messages

Posté 12 janvier 2017 - 13:24

Pour illustrer les propos de Calou, ci-dessous la répartition des anomalies négatives de températures dans les prochains jours.

On voit bien que l'anomalie, qui a distribué l'hiver, ces dernières semaines, sur Europe Centrale, Balkans, Italie, Grèce, Turquie... va se développer copieusement vers la grande Europe de l'ouest et du sud ouest, jusqu'au Maghreb, l'Islande, et, curieusement sur le sud ouest de la Scandinavie (une fois n'est pas coutume).

Alors que le flux pertubé doux/Océanique survole quasiment le nord du cercle pôlaire et réchauffe (c'est relatif !) les pays du grand nord. Il semble que ce soit le thème de cet hiver 2016/2017.

Miniature(s) jointe(s)

  • temp4.png

Ex prévisionniste en hydrométéorologie sur le bassin de la Garonne.

#6 calou34

calou34

    Nouveau

  • Membres
  • 109 messages
  • Localité :Valflaunès (Hérault)

Posté 13 janvier 2017 - 16:58

Toujours dans le même propos, l’institut finlandais de météorologie (finnish meteorological institute) tient à jour une base de données d’enneigement global couvrant l’hémisphère nord (globsnow).

Elle couvre l’extent (l’extension de surfaces enneigées) mais aussi une Snow Water Equivalent (SWE pour un équivalent masse de neige en unités gigatonnes).

En légende un critère d’exclusion concerne les montagnes (à éclaircir, je n’ai pas trouvé plus d’informations sur ce que comprend précisément ce critère).

Ainsi, par rapport à la moyenne climatologique (typiquement 30 ans), l’hiver 2016 – 2017 sort clairement des clous, loin du sigma d’écart de sa distribution, soit un excédent de neige équivalent eau remarquable et qui tend encore à "déraper" en date du 11/01.

 

Et même si le lien est discutable, puisque je vais rapprocher ici une masse d’un extent, on pourrait mettre en évidence une corrélation négative forte entre variables des données SWE et extent de la banquise arctique (ici les données du nsidc).

 

Cela mériterait une analyse plus poussée qu’un simple constat, mais au premier abord, le réchauffement accéléré de la zone arctique (avec rétroaction positive probable) affecterait la baroclinie et son jet (on en avait parlé sur ce forum il y a 1 hiver ou 2), pourrait favoriser l’enneigement précoce des grands continents, et entrainer une autre rétroaction type radiative.

Bref, sujet complexe et ouvert. :unsure:

Miniature(s) jointe(s)

  • GCW_Snow_Watch_plot_20170111_SWE_NRT_v1.3.png
  • N_stddev_timeseries_thumb.png

Modifié par calou34, 14 janvier 2017 - 06:18.


#7 Jean-Louis

Jean-Louis

    Contributeur

  • Modérateurs
  • PipPip
  • 1 754 messages

Posté 20 janvier 2017 - 13:14

Bonsoir Calou, bonsoir à tous,

La mini vague de froid baisse en intensité au niveau de l'alimentation d'origine est continentale, en relais du polaire, mais le minimum détaché en Méditerranée sera bien présent pour plusieurs jours encore avec des retours d'air froid en altitude.
Rien à voir avec ce que nous venons de connaître puisque sur les coupes, l'autan se montre par intermittence, disputant parfois le domaine des basses couches au nord ouest ou au nord.
Pas de froid notable mais ça restera frais.

Ce n'est que vers le milieu de semaine prochaine (jeudi 26 ?) que le flux de sud ouest se mettra en place, sur l'ouest Européen, entre une dépression au large du Portugal et une dorsale d'altitude issue du Maghreb.
Températures à nouveau dans la normale ou légèrement supérieures.

Là, « on prendra les mêmes et on recommencera » avec un flux d'ouest toujours très engagé sur le nord Atlantique mais qui laisse filer une nouvelle descente polaire sur le 20ème méridien est vers Balkans, Italie, Grèce à l'aide de nouvelles très hautes pressions continentales 1040 hPa riches en radiatif... (Voir carte GFS 500hPa ci-dessous pour vendredi 27 janvier 12 HTU)

 

Voilà qui appuiera les considérations particulièrement appréciables de Calou, notamment la dernière partie de son dernier post ci dessus:

Cela mériterait une analyse plus poussée qu’un simple constat, mais au premier abord, le réchauffement accéléré de la zone arctique (avec rétroaction positive probable) affecterait la baroclinie et son jet (on en avait parlé sur ce forum il y a 1 hiver ou 2), pourrait favoriser l’enneigement précoce des grands continents, et entrainer une autre rétroaction type radiative.


A suivre...

Miniature(s) jointe(s)

  • 168_1.gif

Ex prévisionniste en hydrométéorologie sur le bassin de la Garonne.




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)