Jump to content

La température potentielle équivalente.


Guest

Recommended Posts

J'ai un peu réfléchi à votre histoire.

Quand vous dites:

 

"Cependant s'agirait-il de la somme de l'adiabatique" sêche" + l'énergie libérable en calories puis en t°c de ce rapport de mélange ?"

 

Je pense que vous n'êtes pas trés loin.

 

Sur le RS de 12H00 Nîmes on peut lire:

Potential Temperature (Th) = 300.9 K

Equivalent Potential Temperature (ThE) = 313.9 K

 

Nous avions par conséquent une différence 13° entre Théta et ThétaE.

Ainsi ThétaE (température potentielle équivalente) doit être représentative de la chaleur latente de condensation. Théta E > Théta.

La différence entre ces 2 températures doit être proportionnelle à la quantité de chaleur libérée lors de la condensation.

 

En résumé une particule "monte" sur l'adiabatique sèche jusqu'au niveau de condensation. Dès lors elle continuera de"monter" selon l'adiabatique humide en libérant de la chaleur ( chaleur acquise initialement lors de l'évaporation).

Lorsque cette paricule aura perdu toute son humidité il faudra à nouveau ramener sa température au niveau 1000 hPa sur une adiabatique sèche. Cette température "ramenée" sera en fait la température potentielle de la particule aprés assèchement ou Théta E ou ThE.

 

On peut penser à ce phénomène lors d'un effet de foëhn lorsqu'une masse d'air est forcée de s'élever pour franchir une montagne. Obligée de "codenser", elle abandonnera sa chaleur latente de codensation sur ce versant en suivant une adiabatique humide.

 

Sur l'autre versant, ellee descendra en suivant l'adiabatique sèche dont le gradient est supérieur à celui de l'adiabatique humide. Ainsi à même altitude, la température de la particule sera plus élevée sur le versant "sous le vent" que sur le versant "au vent".

(Bon, là intervient un deuxième phénomène de compression qui échauffe un peu plus la masse d'air... C'est hos de notre sujet).

 

Non ? biggrincheesy.gif

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Jean Louis,votre prénom,je crois,permet moi de te tutoyer. Effectivement,j'ai construis sur un émagramme vierge les courbes (3) la td,la t'w et le point d'état.Effectivement,le point de condensation,reporté sur l'adiabatique seche a bien donné cette valeur,et en suivant la pseudoadiabatique jusqu'a son assèchement total,m'a donné une autre valeur sur une autre adiabatique sêche,et rapportée à 1000 hpa et bien bingo!la valeur annoncée est bien la T H E.biggrincheesy.gif Une égnime d'élucidée.Tout autre chose,vous avez eut sur toulouse de gros orages,(orages à formation rétrogrades arrière d'ailleurs), sur la région bordelaise,ou je vis et travaille,mardi je crois,nous avons eut le matin des altocumulus flocus et castelanus,et au environ de 12 h loc de gros cumulus au stade conjestus,passant trés rapidement sur nous puis le ciel est devenu trés bas avec des stratus et quelques faibles bruines et encore trés localement.Bref une masse d'air typique cinématique de mélange,qui en avançant à l'intérieur des terres,a évoluée en cinématique convergeante, puis convective convergeante.Je te fais par de ma réflection car selon les sorties des différents modèles,ce probleme pourrais se répéter. D'ailleurs samedi soir à l'océan il ne faisait qu'une 20aine de degrés et du vent et limite brouillard,alors que 10km à l'intérieur des terres il faisait 10°c de plus sans aucune brume . Donc pour dimanche soir cela pourrait "cailler" en mer et prendre une tournure orageuse plus marqué des le département de la dordogne,le risque étant quand même moins élevé que la semaine dernière ,ce front froid subissant un effet de difluence. Dernier point as tu attendu longtemps avant d'avoir tes résultats de ton exam je l'ai passé le 27 mai

salut et encore merci pour ton explication biggrincheesy.gif

Link to comment
Share on other sites

Ce sont les chiffres de cet ap. midi en nord Toulousain.

 

17% d'humidité m'étonnait un peu (hygromètre MF à cheveux)... Mais je viens de m'apercevoir que Blagnac était à 20% avec un Td de + 9° au même moment (fin ap.midi). C'est vraiment peu ! en tout cas trop peu pour espérer la moindre bulle orageuse. Aux 4 points cardinaux, pas un nuage.

 

Comme tu dis, "le feux d'artifice" pourrait arriver par l'océan dimanche ou lundi... A voir ce soir la carte de Bracknell pou lundi 12H00 TU:

 

Ils pourraient se cailler de la Normandie à la Bretagne. Plus au sud Vendée, Bordelais, Centre ouest etc...ça pourrait cogner au contact de l'air chaud.

Gradient de température assez serré vers 1500 m entre Angleterre et Gironde, centre ouest. Barocline accentué.

 

Pour ce qui était de l'exam. en 1990, une 15zaine de jours environ pour le résultat. De plein pied dans la météo 1990 à 2002 en bossant avec un ex prévisionniste (spécialisé météo marine) de l'aéronavale (porte avions). ( M'est avis qu'il n'y a pas meilleure formation sur le tas...)

Hydro météorologie depuis mars 2002.

Link to comment
Share on other sites

Il serait peut être possible de faire une petite et rapide formation de base pour ceux que cela intéresse et pour qu'ils puissent se servir des principaux documents du site.

 

Qu'en pensez vous ?...

Link to comment
Share on other sites

Nous nous avons eut 34°c et une td de 17°c,pour une préssion de 1018 en baisse d'ailleurs.J'ai revu les 3 modeles ce soir et éffectivement une première zone orageuse se mettrait en place dés la mis journée mais ne devrais pas trop évoluer vers l'est compte tenu du champ de géopotentiel assez élevé. En revanche ,la petite dep qui va se positionner sur l'espagne ensuite devrait être plus virulante. A ce propos j'ai une collective rando avec le caf , je te pari que ce week end ( le prochain) sera pourri. Comme toujours quand je propose une collective en bivouac!!!; J'aimerais moi aussi travailler dans la météo ,plus qu'une passion c'est pour moi une vocation.Visitant le centre de mérignac ,je vais essayer de les séduires ,mais il ne faut pas réver!

salut

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous!

j'ai moi aussi passé cet examen du cned, en 1999. Aujourd'hui, je suis toujours dans le monde de la météo, pour mon grand plaisir!

pour revenir sur la question de la température potentielle équivalente, ses isolignes sur l'émagramme sont je crois confondues avec celles de la températures potentielle du thermometre mouillé (c'est la quotation qui diffère). Comme vous l'avez dit, l'intéret est que cette température reste constante pour une masse d'air, qu'elle soit saturée ou non, et dans la mesure ou les changements sont adiabatiques dans le cas non saturé et pseudo-adiabatiques dans le cas saturé. Son gradient vertical est un paramètre d'étude de l'instabilité convective.

Bon Week End à tous! ... sous cette chaleur écrasante!

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

Je fais suite à votre aimable proposition sur un rapide cours. Je suis bien entendu très intéressé. Le décodage et surtout comprendre toutes les subtilités de ces cartes de radiosondage ne sont pas faciles.

En vous remerciant davance

Yves

Link to comment
Share on other sites

  • 10 months later...

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
×
×
  • Create New...