Jump to content

Raymond , tu avais raison......


JAKOTE34

Recommended Posts

Je savais que quelque chose allait nous éclairer en cette fin d'année 2005 et pour le début 2006. J'avais notè sur mon bureau bien en vue les previsions de raymond Cazalens datant du 19 nov 2005 concernant ses prévisions de vagues de froid. A priori tu es entrain de taper serieusement dans la fourmiliére ou tous ses savants connaisseurs de tout et de rien rigolent de ton travail qui est basé , pour te l'avoir dit et ecris , sur des années de constat.

Continue de nous faire profiter de tes constatations et sache bien que si je ne te réponds pas sur le forum , je suis trés attentif a ton travail et a ton abnégation a ne pas lacher le morceau. Bonnes fétes a tous. Jakote34

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Il n'y a rien de secret à ce qu'à écrit Raymond Cazalens au sujet des taches solaires.

 

Il suffit d'aller sur n'importe quel moteur de recherche et de cracher ces morceaux de lettres "héliométéo" "taches solaires" "astro météo" pour trouver des liens qui montrent les images du soleil prises par le satellite SOHO. ;)

 

Il se peut même qu'en tapant "Nodon" ou "Mémery" on trouve aussi des liens sur l'astro météo puisqu'ils ont été les premiers à faire ces recherches au siècle dernier. :o

Link to comment
Share on other sites

Merci pour tes encouragements à poursuivre les recherches à l'aide notamment de plus de quarante ans de notes accumulées en ce qui concerne Toulouse.Mais, comme je l'ai déjà écrit ,

il faut relier ces données aux positions planétaires qui même pour seulement quatre planètes

ne sont jamais absolument identiques et lorsqu'elles sont voisines ne se produisent pas à la même époque de l'année.

La prévision ,malgré ses difficultés et,ses variantes infinies demeure toujours pour moi une passion ,Je suis heureux que tu la partages et te renouvelle ainsi qu'à tous les membres du forum mes voeux de bonne et heureuse Année.Cazalens.

Link to comment
Share on other sites

Meilleurs voeux de réussite dans vos travaux de recherche à vous deux Jacquotte34 et Raymond Cazalens.

 

40 ans de relevés cela commence à peser, peut-on en consulter sur internet ? Seules quatre planètes seraient concernées ? Lesquelles ?

 

C'est vrai qu'en matière de configuration astronomique rien n'est jamais véritablement identique et il est impossible de faire des juxtapositions précises. Mais il peut y avoir des tendances ce doit être ce que vous voulez dire.

 

J'ai remarqué que la première période de forte neige est apparue sur Terre à partir du 23 octobre au Népal (disparition d'une expédition française de professionnels de la neige surpris par une précoce tempête ) et 26 octobre au Canada. Les épisodes neigeux ont ensuite suivi en novembre et décembre.

 

Hors à ces mêmes dates (autour du 23 octobre) l'essaim de météorites le plus actifs était celui des ORIONIDES associé à la comète de IP/Halley.

 

C'est vrai que la tache solaire était à l'origine de la vague de froid mais une douzaine d'essaims de météores étaient aussi actifs entre le 23 octobre et le 31 décembre 2005 dans les couches supérieures de l'atmosphère terrestre. Alors peut-on en conclure qu'il existe un lien entre ces pluies de météores et l'astrométéo (cristaux de glace et tempête notamment):unsure:

Link to comment
Share on other sites

Qui pourrait me documenter sur cette hypothèse parue il y a quelques années, dun essaim de météorites (je ne me souviens plus du nom) qui perturberait le climat de la terre en occultant une partie du rayonnement solaire au cours du printemps (chez nous, dans lhémisphère nord), ce qui créerait la période dite des "Saints de glace" et qui, 6 mois plus tard, juste à lopposé, réfléchirait ce rayonnement et provoquerait les "étés de la Saint-Martin" courant novembre ?

 

Une telle modification a-t-elle été mesurée, et le phénomène se produit-il également dans lhémisphère sud ?

 

Pour infos sur environs Montpellier à 11:30 7/8 Sc et Cu provenance SO - T = 3.3

Link to comment
Share on other sites

Je n'ai pas entendu parler de cette hypothèse. Peut-être s'agissait-il des Léonides. Il faudra vérifier autour du 24 janvier et 19 novembre 2006.

 

Pour les Orionides il faudra attendre autour du 21 octobre et 2 décembre 2006 pour noter si les rafales de neige se reproduisent à l'identique de celles des 23 octobre et 2 décembre 2005.

Edited by Patricia Régnier
Link to comment
Share on other sites

Message a patricia régnier/

Jakote34 n'est pas un chercheur mais a simplement relevé que le 19 novembre 2005 raymond avait prédit que les 2 premiéres décades de janvier 2006 seraient froides . La prémiére le sera surement :unsure: , la deuxieme risque de l'étre également :D . Dont acte.

J'ai abondé dans le sens de raymond car je m'amuse a faire des prévisions saisonniéres que je distribue a dose homéopathique et dans mes prévisions j'avais également prévu cette situation.

Voilà madame patricia régnier , rien de bien méchant mais les anciens sont toujours là pour rappeler aux plus jeunes que toutes les hypothéses bonnes ou fausses sont a approfondir , c'est ce qu'a fait raymond depuis 40 ans et dont je salue son travail et son attachement a cette science.

Link to comment
Share on other sites

Si je puis me permettre Jakote, il les a prévues "douces" et non pas froides, les décades en question ... Et il semble bien que la première sera assez douce (ou relativement pour ajuster encore un peu) ...

Piloutop

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Bonjour à toutes et tous...

 

Je suis attentivement les travaux de Raymond, et je pense que ses observations sur les marées planetaires des 4 principales ayant une influence gravitationnelle sensible sont trés pertinentes pour la prévision à long terme et saisonnière.

 

Avec Williams j'ai cherché à percer la relation entre les cycles de longue durée et les postions planetaires, cependant dans le cas des cycles longs il ne faut pas considerer les marées gravitationnelles mais le decentrage du Soleil par rapport au barycentre du système solaire.

 

Dans ce cas ce n'est plus la gravitation qui entre en ligne de compte, pour comprendre la question du point d'equilibre c'est la masse et la distance qui entrent en ligne de compte non plus dans un rapport de 1/r2 mais de 1/r.

 

Dans ce cas les planètes proches telluriques n'ont qu'une influence negligeable sur la position du barycentre, par contre on doit considerer que ce sont les geantes gazeuses qui ont une influence determinante en particulier Jupiter dont la periode de revolution entre 11 et 12 ans rappelle etrangement les variations du cycle solaire de 11 ans en moyenne appelé cycle de Schwabe.

 

Existent deux autres cycles importants identifiés ce sont les cycles de Gleissberg de 90 ans et celui de Suess de 180 ans.

 

Or si on examine en prenant en consideration comme ayant une influence sur la position du barycentre Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune on s'apercoit que l'on a une recurrence de cycles quasi identiques de 179 ans!

 

Le minimum de Maunder (appelé Petit Age Glaciaire) a debuté en 1645 et a duré environ 60 ans ou le climat Européen s'est considerablement refroidi, permettant l'avancée des glaciers Alpins, le tout corrélé avec un ralentissement ou un arrêt du Gulf Stream.

 

Nous sommes 360 ans aprés le debut du minimum de Maunder, soit deux cycles de Suess, etrange correlation on parle d'un fort ralentissement du Gulf Stream et cet hiver est un des plus froids que l'Hemisphère Nord ait connu depuis longtemps.

 

J'insiste bien sur cette question de phase car si le cycle de Schwabe de 11 ans voit une inversion des poles magnetiques du soleil, le retour de phase correspond à deux cycles soit 22 ans.

 

Certaines observations montrent une reccurrence d'hivers froids tous les 22 ans, je ne sais si Raymond peut le confirmer, mais certains partisans des cycles soutiennent cette thèse.

 

L'explication à mon avis est une mise en phase des poles magnetiques du Soleil et de Jupiter voire les pôles magnetiques Terrestres formant dans un cas un champ attractif ou repulsif aux emissions electromagnetiques solaires.

 

Je suis quasiment convaincu qu'il y a quelque chose là dessous.

 

Peut on appliquer la même logique au cycle de Suess? je suis tenté de le croire, dans ce cas ce qui demarre en ce moment pourrait bien être un nouveau petit age glaciaire, l'observation des courbes montre que le soleil sera jusqu'en 2020 trés proche du barycentre du systeme solaire soit sera confondu avec, ce qui devrait amener une frequence moindre des taches solaires.

 

Pour la suite c'est moins evident mais si la même logique est respectée cette periode de basse activité devrait durer bien au delà de 2020.

 

Quant au cycle de Gleissberg de 90 ans je pense qu'il n'est qu'une harmonique du cycle de Suess.

 

Une chose est que ma prevision de l'entrée dans une periode froide semble se dessiner en ce moment, même si evidemment on ne peut pas encore tirer de conclusions aussi rapides avec un seul hiver mais je suis persuadé de l'imminence de la fameuse surprise climatique dont certains scientifiques du Giec commencent à admettre l'eventualité.

Link to comment
Share on other sites

Raymond a fait un remarquable travail, personnellement je n'ai pas actuellement le temps comme Williams me l'avait proposé de faire des observations et recouper les positions des planètes proches pour verifier quelles sont les correlations avec le temps passé.

 

Ceci reste à faire, je compte m'y mettre dans quelques semaines quand je serai plus stable au niveau de mon travail et aussi que j'aurai plus de temps de libre, Williams tient en tout cas à chercher dans cette voie là.

 

Concernant les grands cycles planetaires influençant le barycentre du systeme solaire et par delà même l'activité de notre étoile je suis persuadé plus encore que Williams qui a etabli les courbes sous Excel que nous tenons là quelque chose d'important.

 

Cependant il reste à comprendre le mecanisme, le flux radiatif seul ne suffit pas à expliquer les variations climatiques enregistrées, en IR la baisse entre le maximum et le minimum d'un cycle de 11 ans est de 0,1% c'est peu et ne peut jouer que sur environ 0,2° C de temperature Terrestre.

 

Mais en UV il en va tout autrement la difference de flux peut atteindre 7 à 8% entre le sommet et le bas d'un cycle, or les UV s'ils ne rechauffent pas directement font par contre echauffer l'ozone stratospherique qui les filtre, ainsi le refroidissement stratospherique serait lui bien plus important, surtout que le piegeage d'une partie du rayonnement reflechi de la Terre par les gaz à effet de serre contribue lui aussi à rechauffer la basse atmosphère mais aussi à refroidir la haute atmosphère et la stratosphère.

 

Ainsi s'explique par un gradient thermique accru la multiplication des systemes convectifs cycloniques de cette saison, le NHC de Miami n'a d'ailleurs que cette explication pour l'apparition des cyclones ou tempetes tropicales Vince, Alpha, Delta et Epsilon au dessus d'eaux à 23° prés des Canaries alors que normalement il faut une eau à 26° au moins pour la genèse cyclonique.

 

Ce même refroidissement stratospherique pourrait aussi augmenter la puissance du Vortex Polaire d'Hiver en Arctique et en Antarctique.

 

Reste que peut être bien tout cela ne suffit pas à expliquer l'incidence de la variation elle même et son ampleur, il faut alors considerer que les theories de Meunier à ce sujet sont aussi peut être bien à intergrer, flux de protons et d'electrons peuvent aussi avoir leur importance.

 

Reste encore un point encore plus cosmique qui serait la theorie de Svensmark, en periode de basse activité l'heliosphere fait moins barrage aux rayons cosmiques venant des super novae lointaines de la Galaxie et ces decharges energetiques dans l'atmosphère favoriseraient la condensation de la vapeur d'eau en nuages augmentant à la fois les precipitations mais aussi et surtout l'albedo.

 

Plus qu'un effet unique je crois plutot à des effets cumulatifs obeissant à une même logique d'activité solaire en baisse.

 

Bien entendu il peut aussi y avoir une autre consequence induite, celle des flux atmospherique et leur repartition, lié aux oscillations diverses de l'ENSO, de la NAO, de l'AO, de la PNA et sans oublier la QBO stratospherique equatoriale.

 

 

Rappel qu'actuellement toutes ces oscillations sont passées en mode negatif.

 

Les mois et les années qui viennent risquent d'être passionnantes du coté observations de l'ensemble de ces phenomènes.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Continuons à apporter les preuves que Raymond avait raison :

 

Nous avons pu remarquer l'influence de Saturne lors de son opposition du 27 janvier. Il n'y avait pas d'activité dans les taches du Soleil pour expliquer la dégradation climatique comme on l'a déjà noté et aucun maximum de passage d'essaim de météorites n'est enregistré pour cette date.

 

Aujourd'hui se reproduit un phénomène identique, le Soleil ne montre pas de taches, la Terre n'est pas dans un champ magnétique du Soleil (selon SOHO) mais Vénus est stationnaire à l'ouest du Soleil et elle change son mouvement en devenant Directe. C'est une position remarquable pour tenter d'expliquer le changement dans le climat que nous notons le 3 février 2006.

Link to comment
Share on other sites

désolé de mettre le bazard dans une telle unanimité mais les planètes n'ont qu'une influence gravitationnelle très faible sur le Soleil.

On estime à quelques mm la déformation de la sphère solaire par ces mêmes planètes entre les conjonctions, les oppositions, ou autres.

Rappelons que la sphère solaire subit des oscillations permanentes du fait de son fonctionnement interne, de plusieurs ordres de grandeur supérieurs à ce que pourraient éventuellement provoquer les planètes.

Les planètes ne sont donc absolument pas responsables des variations d'activité solaire.

Aucun astronome ni astrophysicien ne défend cette thèse, ni même oserait formuler de telles énormités.

A moins que l'on fournisse des références de thèses ou d'études d'héliométéorologues approuvées par leurs pairs tout ceci n'est que fantaisie.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Meteor31,

 

Il s'agit avant tout de phénomènes de "rayonnement" et les astronomes commencent à étudier ces phénomènes désormais observables.

 

Comme dans tout domaine il y a plusieurs hypothèses d'école, celle-ci en est une parmi d'autres. Le chef de file de cette école nodonienne s'appelait Albert de son prénom, elle commence à peine à percer.

 

:(

 

Pour info si vous voulez approfondir les connaissances sur ce sujet brûlant il vous sera possible de regarder l'émission Ushuaïa TV du 13 février à 20H50 "Alerte au Soleil". Le sujet est la tornade de gaz provoquée par le Soleil le 13 mars 1989 et la collision avec la ceinture magnétique terrestre qui a causé une gigantesque panne électrique paralysant le CANADA. Des scientifiques doivent s'exprimer sur le sujet.

-_-

Edited by Patricia Régnier
Link to comment
Share on other sites

bonjour Patricia

 

Mon but n'est pas d'essayer de contrer absolument les promoteurs de cette thèse qui est , il faut bien l'avouer, assez iconoclaste.

Tout le monde a le droit de penser ce qu'il veut et d'élaborer des théories astro-climatiques comme bon lui semble.

Bon les forums c'est fait pour discuter et il me semble constater sur celui-ci , un consensus un peu trop large sur cetaines thèses.

C'est pourquoi je réagis, mais, à la limite, je pourrais vous laisser vous congratuler mutuellement, comme bon vous semble.

Ceci étant dit, lorsque tu parles de "phénomènes de rayonnement" qui seraient engendrés par l'action des planètes sur le Soleil, pourrais-tu être plus explicite?

Attention je ne suis, bien entendu, pas contre le fait que des phénomènes astronomiques peuvent influencer le climat terrestre.

Par exemple, les variations de l'orbite terrestre, engendrées pour partie par les planètes (notament Jupiter) sont sans doute à l'origine des cycles glaciaire-interglaciaire.

Ces variations cycliques et leur influence sur le climat terrestre ont été mise en évidence par Milankowitch et d'autres.

Les cycles solaires de 11 ans, dont l'origine est plus probablement à rechercher à l'intérieur de cette "gigantesque machine énergétique" qu'est le Soleil, sont également à l'origine, commence t'on à penser, de certains cycles climatiques comme la NAO (via la strato).

Les variations d'activité à plus long terme sont également d'excellentes candidates pour expliquer certaines périodes climatiques récentes(PAG, OM,...)

On pourrait sans doute trouver d'autres exemples.

 

Mais affirmer que la position des planètes est l'élément déterminant la position et la taille de telle ou telle tache solaire et utiliser ensuite cette même nature et position de tache pour faire une prévision de position de centre d'action sur la Terre, voire faire une prévision de séisme, est, pour moi, un non-sens.

 

à plus

Link to comment
Share on other sites

Ces observations sont parfaitement justes, c'est bien pour cela qu'en dehors de l'influence des planètes géantes sur la position du Barycentre du systeme Solaire je suis assez peu enclin à etudier d'autres effets, et ceci pour une bonne raison c'est qu'effectivement le Soleil représente à lui seul plus de 99,9% de la masse du Système Solaire lui même.

 

Le Barycentre ne depend pas de la gravitation mais d'un mode de calcul qui est bien plus lineaire, la loi de 1/R2 ne s'applique pas à ce mode de calcul, je donne un exemple :

 

Nous avons une sphère de masse 1000 A et une autre de masse 1 B, qui orbite à une distance D, si l'on deplace la sphère de masse 1 à la distance D2 le barycentre va encore s'ecarter de sphère A, bien sur il sera encore plus eloigné de B qui se sera deporté encore plus loin mais on constate que ce n'est pas la loi de 1/R2 qui s'applique dans ce cas là.

 

Le Barycentre se deplace selon un effet de levier et plus B sera loin plus le barycentre sera decalé alors que la gravitation aura pourtant baissé d'un facteur 4 si la distance de B est doublée.

 

C'est bien pour cela que dans ce calcul on ne tient pas compte des planètes proches d'une part parce que leur masse est faible et leur proximité n'influence que de facon trés marginale la position du Barycentre.

 

S'il s'etait agi de gravitation pure et simple le problème aurait effectivement ete vite réglé l'argument des astrophysiciens etant parfaitement valable sur le peu d'impact des forces gravitationnelles des planètes sur le Soleil, d'ailleurs dans ce cas Venus a un poids equivalent à celui de Jupiter.

Link to comment
Share on other sites

A Meteor31,

 

Je n'avais pas bien lu ta réponse par manque de temps. Je constate que tu peux admettre certaines relations entre les cycles de Milankovitch reconnus par la communauté scientifique mais pas comme n'étant pas les seuls retenus pour expliquer la modification des périodes dites glaciaires.

 

Mais affirmer que la position des planètes est l'élément déterminant la position et la taille de telle ou telle tache solaire et utiliser ensuite cette même nature et position de tache pour faire une prévision de position de centre d'action sur la Terre, voire faire une prévision de séisme, est, pour moi, un non-sens

 

Il n'a jamais été dit que la position des planètes était l'élément déterminant dans la position de telle ou telle tache solaire, ceci est une (aberration) extrapolation qui demande vérification. Si tu écris cela à cause du site "alerte météo" tu commets une erreur de compréhension. La seule relation qui soit faite sur ce site concerne l'observation des taches solaires et rien de plus. Il ne faut pas mélanger ce que j'écris ici et ce qui est écrit par J.M. Meunier qui est géophysicien et travaille essentiellement sur les électrons et les protons. Rien à voir avec les positions des planètes car J.M Meunier partage ton avis au sujet du rôle des planètes, ce n'est pas son domaine et ne veut pas s'en occuper, lui et Raymond Cazalens en parlent pas le même langage. Quant à ce qui est des prévisions, elles s'intègrent dans le rapport à la règle de probabilité commune à chaques sciences. La météo n'est pas tant une technique qu'un "savoir" qui doit savoir rester humble et s'adapter aux aléas climatiques (du moins me semble-t-il) comme on peut souvent le constater ici. :D

Edited by Patricia Régnier
Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Suivant ce que Torrent a dit sur nos travaux sur le liens de l'activite solaire et des anomalies de temperatures dû au barycentre solaire que j'ai calcule sur excel voici un graphique realise avec ces donnees pour avoir plus d'idees :

 

http://perso.wanadoo.fr/climatologie/image/barycentre-temperature.gif

 

Williams

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
×
×
  • Create New...