Jump to content

La science, panacée contre les changements climati


garin

Recommended Posts

Bush ébranlé, croirait-on. Ainsi aujourd'hui de sa déclaration.

 

" Nous venons de loin pour ce qui est de notre compréhension du climat..." Des sourires narquois ont accueilli vendredi laveu fait par George W. Bush à loccasion dun discours prononcé, dans le grand auditorium du département dEtat, devant les délégués des quinze pays invités à Washington pour participer à la " Réunion des grandes économies sur la sécurité énergétique et le changement climatique " Le Point

 

Brice de Saint-Briac (Ille-et-Vilaine) notait :

" Le président américain affiche une très grande foi dans la technologie, la fée technologie va tout sauver, cest très américain tout ça, mais il ne fixe aucun chiffre, aucun objectif, aucun plafond... Tout le monde lui a rappelé que le processus post-Kyoto a déjà été lancé aux Nations unies, quil faut dabord préparer la réunion de Bali (prévue en novembre), et quil ne faut pas trop perturber ce processus... " Le délégué allemand, le ministre de lEnvironnement Sigmar Gabriel, était moins diplomate : " Un grand pas pour lAmérique, un petit pas pour lhumanité ", ironisait-il au sujet de la conversion tardive de la Maison Blanche à la lutte antiréchauffement.

 

Au Canada aujourd'hui, le Groupe de travail du Conseil canadien des chefs d'entreprises a fait une sortie spectaculaire afin de coincer Harper dans ses moindres retranchements. (Propagande lobbyiste)

 

Un plan national. Pour apporter une contribution significative au défi

mondial des changements climatiques, le Canada doit disposer dun plan

daction cohérent, qui fera en sorte que les gouvernements, lindustrie et les

consommateurs travailleront ensemble à latteinte dobjectifs communs.

2. Les possibilités technologiques. La pierre dassise de ce plan national doit être linvestissement dans les nouvelles technologies pouvant à la fois aider le Canada et le reste du monde à améliorer leur niveau de vie tout en réduisant

leurs impacts environnementaux.

 

Bref, je ne m'étendrai pas au-delà. La question, pour ceux qui voudront la relever, interpelle la science comme pierre d'assise de la solution, enfin, de la certitude, sinon de l'espoir, de savoir faire face aux problèmes environnementaux qui iront grandissant, inexorablement, avec l'arrivée des pays de plus en plus riches et émergents qui vouvront, nous ne leur reprocherons certainement pas, reproduire nos modes de consommnation qui, c'est bien connu, conduisent au bonheur sur terre avec à la clé, la prise, de minute en minute, de la tension du PIB nation et du monde. Nos magnifiques places boursières. Allez, toujours plus haut. Toujours plus de richesses.

 

Que notre climat tousse, on appellera à ses chevets nos meilleurs spécialistes. Pas de problème, comme diraient certains politiciens, les solutions technologique sont à notre portée. Après tout, comme monsieur Dumont l'affirme, nous sommes des bâtisseurs. Il n'y a pas de raison que cela s'arrête... et surtout pas parce qu'il y a ici et là quelques petites embûches, comme le dérèglement climatique.

 

Si vous daignez répondre à mon interrogation, svp, ne le faites pas en niant la menace. Pour des gens férus de météorologie et de climatologie comme vous, ce serait désespérer de tout.

 

Je résume: la science peut-elle être la pierre d'assise pour solutionner le problème mondial, terrestre (terre comme écosystème global), des changements climatiques, comme le prétendent l'administration Buhs dans son réveil monté en spectacle, comme toujours, le Conseil canadien des chefs d'entreprises et tout récemment, je vous épargne les détails, l'ADEME et CLaude Allègre en France ?

 

Ici, rien pour confronter science et religion. Na. Cette équation est sans sens. Plutôt essayer de situer la science dans son possible face aux défis que nous pose inexorablement et de façon de plus en plus lancinance notre place d'humnoïde sur terre dans l'instant présent où j'éprouve des craintes grandissantes pour mes enfants et mes petits enfants. Car, personnellement, que leur léguerai-je?

 

La science?

Link to comment
Share on other sites

Si j'ai bien compris, c'est "est-ce-que la science peut vraiment nous aider a vaincre les changements climatiques sans qu'on ait à changer notre mode de vie?"

 

Premièrement je dirais que si on ne change pas noter mode de vie, on va épuiser les ressources de cette planète. Une étude américaine sur les différentes ressources primaires montre que la plupart d'entre elles manqueront d'ici 30 à 40 ans (je suis désolé, je n'ai plus la source de cette étude). Ils prévoient alors une crise économique suivis d'une chute très rapide du niveau de vie. Alors, il n'y aura plus à se soucier de notre consommation effrénée. Le problème sera plutôt : est-ce qu'on aura alors atteint un point de non retour.

 

Deuxièmement je crois qu'il serait idiot de dire que la science ne pourra jamais être la réponse aux changements climatiques. Tout comme il est idiot de dire que la science aura forcément réponse aux changements cliamtiques. On a tant de fois vu dans le passé des choses que l'on croyait impossible et qui sont aujourd'hui possible. Peut être sera-t-on un jour capable de stocker l'énergie emmagasinée par l'effet de serre et ainsi de compenser les effets des gazs que l'on rejette. Ou peut être saura-t-on de manière efficace et rentable supprimer notre pollution atmosphérique ou la diminuer à un effet négligeable. Peut être trouvera-t-on des sources d'énergie propre qui permette de répondre à notre mode de vie actuel. Peut être ne pourra-t-on jamais rien faire mais je ne peux pas dire qu'il n'est pas possible qu'on ait un jour des réponses à ces problèmes.

 

Peut être a-t-on déjà des réponses à ces problèmes mais que l'on ne les utilise pas.

 

"En France, le développement de lhuile végétale carburant doit faire face à de nombreuses oppositions dordre fiscale et réglementaire voulues par le législateur en dépit des aspirations des agriculteurs. Et les avancées techniques en matière de motorisation à lhuile émanent de lAllemagne avec des sociétés comme ATG ou Ferrotherm. Laccès pour les agriculteurs au marché de lhuile végétale carburant aurait permis de préparer les technologies de motorisation à lhuile. Si lhuile dalgue venait à remplacer un quart des carburants fossiles, comme il est prévu aux Etats-Unis, la France accuserait un retard technologique très conséquent."

 

Et cette technologie c'est :

"un hectare dalgues pourrait produire de 30 à 120 fois plus dhuile quun hectare de colza ou de tournesol. [...] Seules contraintes, il faut une source importante de CO2 (un comble...) comme des fumées dusine, du soleil et de leau qui peut être de leau de mer."

 

voir l'article suivant :

http://www.econologie.com/algues-et-biocar...icles-3387.html

 

 

Et c'est mon dernier point. Je dirais que la science ne peut être utile que si un changement de comportement l'accompagne. On a beau découvrir la roue, elle ne servira jamais à rien si elle reste accrochée au mur.

 

 

Guillaume.

Edited by ti'gui
Link to comment
Share on other sites

Je vois bien que mes questionnements existentiels en climatologie ne passionnent pas vraiment les fréquenteurs de ce forum. Sauf, amende honorable, je dois faire, pour ti'gui et dann17, en lesquels j'ai trouvé des interlocteurs des plus intéressants.

 

Le courriel de ti'gui est particulièrement intéressant, riche. Je partage totalement les faits et idées qu'il expose.

 

Merci.

 

Je ne sais pas si je ne continuerai pas à vous achaller avec mes questionnements. Mais, promis, je serai économe.

Link to comment
Share on other sites

Je vois bien que mes questionnements existentiels en climatologie ne passionnent pas vraiment les fréquenteurs de ce forum. Sauf, amende honorable, je dois faire, pour ti'gui et dann17, en lesquels j'ai trouvé des interlocteurs des plus intéressants.

 

Le courriel de ti'gui est particulièrement intéressant, riche. Je partage totalement les faits et idées qu'il expose.

 

Merci.

 

Je ne sais pas si je ne continuerai pas à vous achaller avec mes questionnements. Mais, promis, je serai économe.

Ton message a pourtant été lu pas plus de 100 personnes. Personnellement, j'ai beaucoup apprécié ta réflexion même si je ne savais trop quoi y répondre. Finalement, je dois dire que je partage tes inquiétudes d'aurant plus que je crois que nous serons témoins du gachi qu'on laissera aux générations futures.

Romie

Link to comment
Share on other sites

Partager ces inquiétudes. Oui. Cela m'apparait important, au-delà de tripper, ce qui est extraordinaire aussi, sur les conditions climatiques en temps réel. J'en suis. J'en raffole. J'aime ce forum extraordinaire.

 

Mais elles m'inquiètent constamment, ces conditions observées. Côté tendances. Parce qu'elles confirment, ces conditions ce que toutes les études scientifiques nous disent aujourd'hui.

 

Merci Romie pour tes encouragements. J'apprécie beaucoup. Mais je serai néanmoins économe.

Link to comment
Share on other sites

Mon commentaire va certainement froisser certains membres de ce forum. À mon avis, on associe trop souvent des phénomènes météos extrêmes au réchaufemment de la planète. Il y en avait surement autant il y a 10 000 ans.....juste beaucoup moins médiatisée. Qu'on ait eu un mois de septembre et un début de mois octobre exceptionnel n'est aucunement lié au réchaufemment planétaire. Il y en a eu des jours d'octobre chaud il y a 20 ans.

 

 

 

Je ne suis pas encore convaincu que l'activité humaine, la pollution est directement responsable du réchauffement de la planète quoiqu'en dise les scientifiques. Est-ce que globalement la planète se réchauffe vraiment? Possiblement si on regarde sur une période de 20-30-40 ans. C'est quoi 40 ans comparativement à 1 millions d'années en terme de statistiques...pas grand-chose. Comment pouvez-vous expliquer la fonte des glaciers il y a plusieurs milliers d'années? par l'activité humaine? J'en doute.

Link to comment
Share on other sites

La différence c'est qu'aujourdhui on sait.

 

»Comment pouvez-vous expliquer la fonte des glaciers il y a plusieurs milliers d'années? par l'activité humaine? J'en doute. »

 

Ben non. Ça pas rap. Pantoute.

 

Mais maintenant oui. On le sait.

 

Il ne faut en aucun cas baser nos obbservations sur les années préhistoriques. La donne du développement industriel a complètement tout changé.

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir à tous,

 

Avant de tenter une réponse à Garin que je remercie au passage pour avoir de nouveau lancé un sujet passionnant et d'actualité, j'aimerais réagir à l'intervention de notre ami Yalangingras1969 qui a eu pour conséquence, comme il l'a si justement deviné, de me "froisser" quelque peu !

Cependant, pour commencer, je suis d'accord avec toi Yalan sur le point suivant : en effet, il est ridicule d'associer systématiquement les phénomènes meteo extrêmes au réchauffement climatique... ce que tu dis dans les 5 premieres lignes est tout à fait cohérent.

En revanche, je ne suis plus du tout d'accord avec toi après... déjà simplement par le fait que tu dénigres visiblement le consensus quasi-général de toute la communauté scientifique (te places tu au dessus d'elle ?). Tu demandes si la planète se réchauffe vraiment ?? bien sûr que +0.7°C de hausse en un siecle, ça n'est pas perceptible par les Hommes... seulement vois-tu, nous ne sommes pas seuls sur cette Terre. Si nous autres, nous avons été capables de nous adapter à une hausse (moyenne) de 0.7°C en 100 ans, cela n'est pas forcément le cas pour d'autres especes... et l'environnement, en l'occurrence pour le moment la cryosphère, réagit directement, avec une inertie plus ou moins grande : très faible inertie donc pour la cryosphere (la banquise arctique risque fort de disparaître completement l'été, et ce dès 2020 (soit dans moins de 15 ans !!!), les glaciers tempérés fondent et reculent à une vitesse effrayante - va voir dans les Alpes entres autres ! sans parler du permafrost dont la fonte plus rapide que prévue risque de poser de graves problemes et dangers pour les Hommes, et ce à court terme... bref)

Ensuite, tu le dis toi même : "C'est quoi 40 ans comparativement à 1 millions d'années ?" ben justement, te rends-tu compte que si la tendance se maintient, on risque de réchauffer la Terre d'autant que le passage d'une glaciation à une ère inter-glaciaire, mais en 100 ou 150 ans seulement ???!!! Entre nous, je n'ose pas imaginer les conséquences !

 

 

Bon bref... ^_^

 

Maintenant, difficile de passer apres Garin et Ti'Gui qui ont pratiquement tout bien résumé d'une façon claire et concise. <_<

Un certain François Rabelais, Français ayant vécu au XVIème siècle, avait dit une formule devenue maintenant très célèbre :"science sans conscience n'est que ruine de l'âme" (pour une fois que je connais un gars en litérature, je sors ma science ! parce que la culture c'est comme la confiture, moins on en a, plus on l'étale ! :D )... en fait, je veux dire par là que la science peut aider bien sûr à comprendre les différents phénomènes climatiques et environnementaux, mais de là à dire qu'elle peut solutionner les problèmes, comme le pense l'administration Bush, là je doute ! C'est précisément là, à mon avis, que la conscience doit prendre place : c'est à la conscience humaine de s'exprimer, c'est à dire qu'il appartient uniquement à la volonté, à notre volonté d'essayer de faire en sorte que ces bouleversements bioclimatiques et environnementaux soient les plus minimes possible... et cela, c'est justement le rôle principal des gouvernements, et notamment, pour commencer, et surtout avec l'obligation de donner l'exemple, celui des gouvernements de nos pays dits "civilisés"... à la place de "civilisés", je dirais plutôt "avancés technologiquement"... Il est illusoire de croire que nos sociétés maintiendront leur niveaux de vie actuels, mais c'est d'autant plus difficile à accepter (de réduire ce fameux niveau de vie) que lorsqu'on est le pays qui vit le plus au-dessus de ses moyens, j'ai nommé les usa... vous vous en seriez doutés ! Mais c'est aussi la responsabilité des citoyens que nous sommes...

Malgré mon optimiste de nature, j'éprouve comme toi Garin bien des craintes pour l'avenir de notre environnement (du point de vue climatique mais aussi, et on a svt tendance à l'oublier dans ces temps de médiatisation à outrance du RC, du point de vue de la pollution et de la santé...) bien que je n'aie que 35 ans.

Pour exemple, je citerai simplement un petit exemple de comportement typiquement québécois et nord-américain (je vous rassure, ça en prendrait presque le chemin en Europe aussi) : je trouve particulièrement exaspérant cette manie de laisser tourner le moteur des chars à l'arrêt (qui soit dit en passant sont svt des gros 4x4 et autres pick-up) ou bien de les faire démmarer à distance, juste parce qu'il fait un ptit -10°C... pff, et alors ?? habillez-vous, démarrez, puis mettez le chauffage, vous verrez, on survit !! <_<

Et tout aussi exaspérant de voir, en été, les mêmes avec leurs mêmes chars, laisser leur moteur tourner pdt 1/4 d'heure avec la clim à fond, par une température extrême de 25°C (mais humidex 30° !! ouh làà`!) tout ça pour aller chercher leur gamin qui risquerait d'avoir trop chaud, le pauv tit chou !

Bon plus sérieusement, voilà juste ce tout petit exemple pris parmi tant et tant d'autres qui montre qu'il sera bien difficile de faire changer les mentalités...

Le problème c'est que maintenant, il faut faire vite, et laisser la science oeuvrer c'est bien, mais ça risque de prendre du temps. Donc à nous de jouer !

 

Mais gardons espoir tout de même...

 

 

Gaël

Link to comment
Share on other sites

Bon, par quoi commencer . Ah oui, félicitation pour tout ces "post" tres instructif et passionnant et pour tout le travail que cela demande tant au niveau de la pensée que du clavier.

 

Sur qu'au départ, ma réflexion sera beaucoup moin songé que certains de ces messages sauf que j'ai plus le gout de vous livrés mon état d'ame concernant le réchauffement climatique.

 

Tout de suite comme cela en commencant et sans peur de passer pour un gars qui baisse les bras rapidement (ce qui est pour ceux qui me connaisse vraiment pas mon cas) et bien depuis un bon moment, dans ma tete et mon coeur pour moi c'est ... cause perdue. Juste a ecouté les actualités, de se qui ce passe sur notre bonne vieille planete de voir, comment des pays comme la Chine et toute l'Asie, les Indes, le Paskistan notre propre cour meme, les U.S.A et j'en oublie, dite vous bien que pour tout ces gens la, sur une échelle de prioritée le "RC" se situe tres bas pour ne pas dire dans le tres tres profond.

 

Tant et aussi longtemps et la, je n'apprendrerai rien a personne ici sur ce forum que la planete sera plongé dans une ere de rentabilitée,de mondialisation,de profit ($$$$$$$$$) et de surconsommation et bien je vous le dit encore...oublié cela c'est terminé.

 

Prenez exemple, la seule décision ou devrai-je dire action concrete qui a été prise concernanant le "RC" c'est les fameuses Taxes de carbonnes etc,etc que tu achetes a la bourse et tralala... et bien sa se résume a quoi tout cela... $$$$$$

 

Le "RC", est et je le compare a un cancer qui n'a pas ete diagnostiqué a temps et ou les traitements ont commencés trop tard et qu'il est devenu généralisé et malheureusement , dans le cas qui nous interrese et bien il n'y a meme pas eu de traitements,et je n'en voie aucun ,n'y de pres n'y de loin.

 

Le seul espoir qui me reste et encore la c'est un opinion tres personnel a moi est que et je l'espere de tout coeur, est que si nous l'etre humain qui est capable d'accomplir de si belles choses , ne se prend pas en main pour tout se qui concerne l'environnement, la nature et meme l'espace qui est rendu une vraie poubelle,pas assez content de "scrapper" le bas faut aussi détruire le haut et bien je fait appelle a la force de la nature de nous donnés une bonne et tres grosse lecon et que cela fasse mal ,tres mal et alors la peut-etre que nous commenceront a se remettre en question et que nous verrons finalement que l'ont a pas d'allure en tant qu'humain qui a eu la chance et le PRIVILEGE d'habité une si belle planete que fut celle de la planete Terre.

 

mais encore la, je ne sais pas si vraiment cela se réaliserait, que nous ayons assez d'intelligence pour saisir cette deuxieme chances... qui selon mon opinion encore tres personnel ...malheureusement ne se produiras tout simplement pas car nous le méritons entre vous et moi , pas vraiment. Tot ou tard sur Terre comme au Ciel et bien tout se paye et la ,il est temps de passer a la caisse... <_<

 

Ah oui, une petite paranthese comme ca, La Chine avec ces 2,3 milliards de tonnes de charbons l'an dernier et bien ils veulent en produire 400 millions de tonnes de plus d'ici 2010. Alors le réchauffement climatique selon eux ,pensez-vous qu'ils pensent cela prioritaire??? (Photo et Article .Source La Presse)

post-2-1191671789_thumb.jpg

Edited by Mizar
Link to comment
Share on other sites

Bon plus sérieusement, voilà juste ce tout petit exemple pris parmi tant et tant d'autres qui montre qu'il sera bien difficile de faire changer les mentalités...

Le problème c'est que maintenant, il faut faire vite, et laisser la science oeuvrer c'est bien, mais ça risque de prendre du temps.

Salut Gaël,

 

Je suis bien évidemment d'accord avec toi, même si je n'ai pas toutes tes connaissances.

 

J'ai cité seulement la chose qui m'inquiète le plus...

Les mentalités, et j'ai le regret de t'annoncer, en exclusivité <_< (non ce n'est pas drôle), qu'elles ne changeront pas.

Ca sera même de pire en pire je pense...

 

Je suis donc très inquiet quant à notre avenir et celui de nos enfants.

Il y a quelques années, je me disais : "je serais curieux de voir ce que sera notre climat dans 50 ans".

Cette phrase n'a jamais été autant d'actualité mais, si, dans 50 ans, on a la chance de se souvenir de quoi on parlait aujourd'hui, ce qu'était le climat aujourd'hui, je crois qu'on se posera des questions...

 

^_^

Link to comment
Share on other sites

La différence c'est qu'aujourdhui on sait.

 

»Comment pouvez-vous expliquer la fonte des glaciers il y a plusieurs milliers d'années? par l'activité humaine? J'en doute. »

 

Ben non. Ça pas rap. Pantoute.

 

Mais maintenant oui. On le sait.

 

Il ne faut en aucun cas baser nos obbservations sur les années préhistoriques. La donne du développement industriel a complètement tout changé.

"Ben non. Ça pas rap. Pantoute" Une vraie réponse d'ado.........Ça m'explique pas du tout pourquoi les glaciers ont fondu il y a des milliers d'années.

 

Pour Dann17, je n'ai pas la prétention de me placer au dessus de la communauté scientifique. N'oublie pas que ce ne sont pas tous les scientifiques qui croient qu'il y a un lien direct entre l'activité humaine et le RC. Pour conclure, je ne joue pas à l'autruche et je ne rejète pas du revers de la main cette possibilité que l'Homme à une influence sur le climat. Cependant, je ne rejète pas du revers de la main la possibilité que nous soyons aussi dans un cycle de réchauffement comme il y en a eu dans le passé.

 

Ceci dit, je suis davantage inquiet de la surpopulation de la planète, l'activité industrielle et de la sur consommation des matières premières de la terre. Si chaque humain vivait comme les nords-américains, il n'y aurait plus de ressources naturelles sur notre planète. C'est triste à dire, nous sommes chanceux qu'il y ait des pauvres et que le tiers-monde existe.

 

[/b]

 

Critique de l'hypothèse d'une origine humaine [modifier]

Un des arguments apportés par les scientifiques qui ne pensent pas que l'activité humaine soit responsable du réchauffement de la Terre est que le même phénomène est également observable sur Mars[31], et qu'il y est même jusqu'à quatre fois plus rapide ; or, il n'y a pas d'activité humaine sur Mars, ce qui peut conduire à penser que la même cause est à l'origine des deux observations. Cette hypothèse est cependant rejetée par les climatologues qui soutiennent l'hypothèse anthropique ; selon eux, les causes du réchauffement de Mars sont propres à cette planète, et en aucun cas liées à une origine extérieure, notamment solaire, qui serait partagée avec la Terre. [32].

 

source: http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9chauffement_climatique

Link to comment
Share on other sites

Salut !

 

Bon je commence par Yalan...

En effet, il est un problème majeur que tu nous cites : la surpopulation, et la consommation à outrance. Il faut tout de même savoir qu'environ 80% des richesses sont possédées par 20% de l'humanité ! Mais bon, de là à dire "heureusement qu'il y a des pauvres"... (mais je vois ce que tu veux dire, et tu as malheureusement raison)

En revanche, non tu ne peux pas dire simplement "ce ne sont pas tous les scientifiques qui croient qu'il y a un lien direct entre l'activité humaine et le RC" ! il faut tout de même préciser qu'ils ne représentent qu'une infime (vraiment infime) partie de la communauté scientifique... (il faut de tout pour faire un monde, on est bien d'accord!) mais bon ce raisonnement revient à dire que l'écrasante majorité des scientifiques n,est composée que d'abrutits qui fabulent completement sur le RC ! heuuu! <_< (ils se sont tout de même légèrement penchés sur le problème, tu sais !) bref...

Et puis faire la relation avec ce qu'il se passe sur Mars est un peu osé ! Sais-tu au moins que l'atmosphère martienne est près de 100 fois plus ténue que l'atmosphère terrestre ? et qu'en plus il n'y a pas une once de vapeur d'eau ? alors focément, une atmosphere completement seche et 100 fois moins dense est extrêmement plus facile à réchauffer ou refroidir ! enfin bon...

 

Thierry et Mizar, vous m'avez l'air particulièrement inquiets et pessimistes, et ne semblez pas avoir foi en l'Homme... vos craintes sont malheureusemetn surement fondées !

Et comme tu le dis Mizar, il parait bien difficile pour ne pas dire impossible de reculer et de faire changer d'avis des pays énormes en pleine voie de développment industriel et economique...

Cependant, oui cependant, j'ai tout de même un infime espoir ! oui, et c'est là que je pense que la techonologie va pouvoir jouer son rôle le plus important : le but est de faire en sorte que ces pays en voie de dév. trouvent un avantage economique à utiliser des nouvelles technologies non polluantes. Et c'est ce qui est en train de se produire avec tout simplement l'énergie solaire par exemple! Le tout est de commercialiser en tres gdes quant. des panneaux photovoltaïques et ainsi de faire baisser les prix : et la Chine en l'occurrence serait fortement intéressée, car elle en retirerait des profits...

Donc oui Mizar, seul les $$$$ comptent, mais en même temps, peut serait ce la clef pour faire adopter un changement radical dans la priorité donnée au type d'énergie, et donc espérer voir le bout du tunnel ?

Link to comment
Share on other sites

Juste un petit rappel, néanmoins, côté connaissances. La communauté scientifique reconnaît qu'il y a changement climatique causé par les activités humaines sur terre. Moins évident qu'il y ait réchauffement climatique au global. C'est la raison pour laquelle cette même communauté n'identifie jamais la problématique par l'expression ­"réchauffement climatique".

 

Le repli sur l'espoir que pourrait faire naître le développement technologique m'apparaît illusoire s'il n'est accompagné d'une profonde remise en question de nos façons de vivre, en particulier de consommer. Et là c'est toute notre conception du développement associé à la croissance économique comme voie princière d'accès au bonheur de l'espèce humaine qui s'en trouve chamboulée.

 

Il y a quelques décennies à peine, un politicien psychiâtre du nom de Camille Laurin, pouvait affirmer, en commission parlementaire, lors de l'adoption de la Loi (québécoise) sur la qualité de l'environnement, que la nature avait été créée par Dieu pour servir l'espèce humaine. Les changements vont vite, tant climatiques que culturels! Pour cela, il y a de l'espoir.

 

À Yalangingras1969

"Ben non. Ça pas rap. Pantoute" Une vraie réponse d'ado.........Ça m'explique pas du tout pourquoi les glaciers ont fondu il y a des milliers d'années.

Merci. Si seulement je pouvais en avoir l'âge!

Mais désolé, la fonte préhistorique des glaciers, ça a pas rap non plus. On parle ici de fonte due aux activités humaines.

Link to comment
Share on other sites

Bon pour répondre un peu à tout le monde.

 

Je dirais qu'il est très intéressant de discuter et de l'origine anthropique ou non des changements climatiques. Et ce forum en est le lieux idéal. Je rajouterais cependant qu'il ne faut pas oublier la question fondamentale qui est : "L'homme doit-il agir comme si le réchauffement était de source anthropique, ou non?". Car si la source est belle et bien anthropique et que l'on agit pas, alors on court à la catastrophe (en espérant que Mizard n'ai pas raison et que le mieux que l'on puisse avoir soit une grosse claque!!). Il vaut mieux agir en prévention. C'est ce que je dis toujours aux gens qui me disent : "de toute façon, on ne sait même pas si les réchauffement est réel et encore moins si c'est à cause de l'activité humaine".

 

Voici une vidéo très intéressante qui résume très bien la question de savoir si oui ou non l'homme a intérêt à agir et des conséquences que cela peut entrainer dans les deux cas, que les changements soient de source anthropique ou non. Bon visionnement :

 

http://www.youtube.com/watch?v=bDsIFspVzfI&eurl=

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Ouf cela fait un bout que je nai pas écrit sur ce forum !

 

Bon je commence mes commentaires...

 

Je résume: la science peut-elle être la pierre d'assise pour solutionner le problème mondial, terrestre (terre comme écosystème global), des changements climatiques, comme le prétendent l'administration Buhs dans son réveil monté en spectacle, comme toujours, le Conseil canadien des chefs d'entreprises et tout récemment, je vous épargne les détails, l'ADEME et CLaude Allègre en France ?

 

Hum disons que c'Est une avenue parmi tant d'Autres...

 

remièrement je dirais que si on ne change pas noter mode de vie, on va épuiser les ressources de cette planète. Une étude américaine sur les différentes ressources primaires montre que la plupart d'entre elles manqueront d'ici 30 à 40 ans (je suis désolé, je n'ai plus la source de cette étude). Ils prévoient alors une crise économique suivis d'une chute très rapide du niveau de vie. Alors, il n'y aura plus à se soucier de notre consommation effrénée. Le problème sera plutôt : est-ce qu'on aura alors atteint un point de non retour.

 

Grosse utopie (encore plus de construire une ville complètement écolo) de continuer a penser que la sacro-sainte croisssance économique est le leitmotiv et la solution a tous nos maux de pays industrialisés. DE plus les pays pauvres aspirent a notre mode de vie d'occidentaux... A place de faire de la croissance économique, on devrait plutôt faire de la décroissance économique ???

 

Peut être a-t-on déjà des réponses à ces problèmes mais que l'on ne les utilise pas.

 

Hi hi hi c'Est soit l'ironie ou pathétique, OUI ! nous avons tous déja des solutions et technologies qui peuvent aider a changer le paragdime et aussi de régler les principaux problèmes dans notre monde. Pourquoi tous cela est rester caché ???

 

Encore Question de désir de pouvoir et de profit $$$ :angry:

 

ON peut avoir des véhicule qui fonctionnent a une tout autre technologie, différent de nos automobiles au moteur à combustion totalement dépassé. La voiture électrique n'est pas inventé ces dernières années, mais plutôt au alentour de 1887.

 

Comme les tramways qui ont beaucoup disparus de bon nombres de villes Nord-Américaines du a une machination de GM, qui ont fais fermer près de 60 réseaux de tram en Amérique du nord pour les remplacer par des réseaux de bus peu confortable et aussi peu fiable, pour ensuite durant les années suivantes implanter le concept de l'automobile... ( Article lu sur cyberpresse)

 

Heureusement ce que j'observe dans les milieux dit underground ou plutôt hors des circuits traditionnels de nouvel invention ou bien donc technologie qui peuvent amener tous un changement.

 

Bien entendu ce ne sera pas a partir des instances gouvernementales que la plupart des solutions ou réponses viendront, car eux trops aussi "pognés" avec des systèmes de valeurs et savoir faire trop vieillot !

 

Et c'est mon dernier point. Je dirais que la science ne peut être utile que si un changement de comportement l'accompagne. On a beau découvrir la roue, elle ne servira jamais à rien si elle reste accrochée au mur.

 

Ce changement de comportement devra être fait par NOUS consommateurs et citoyens, de ce monde.

 

En France, le développement de lhuile végétale carburant doit faire face à de nombreuses oppositions dordre fiscale et réglementaire voulues par le législateur en dépit des aspirations des agriculteurs. Et les avancées techniques en matière de motorisation à lhuile émanent de lAllemagne avec des sociétés comme ATG ou Ferrotherm. Laccès pour les agriculteurs au marché de lhuile végétale carburant aurait permis de préparer les technologies de motorisation à lhuile. Si lhuile dalgue venait à remplacer un quart des carburants fossiles, comme il est prévu aux Etats-Unis, la France accuserait un retard technologique très conséquent."

 

C'est une solution temporaire ou bien donc transitoire, car avec les cultures végétale pour le biocarburant amenant aussi son lot de terre contaminée par des pesticides et engrais chimiques, se retrouvant dans les nappes phréatiques.

 

Bref tous presqu'aussi polluant...

 

Ton message a pourtant été lu pas plus de 100 personnes. Personnellement, j'ai beaucoup apprécié ta réflexion même si je ne savais trop quoi y répondre. Finalement, je dois dire que je partage tes inquiétudes d'aurant plus que je crois que nous serons témoins du gachi qu'on laissera aux générations futures.

 

Une maxime qui dit: On n'hérite pas de la terre de nos parent, on l'emprunte de nos enfants...

 

 

Je ne suis pas encore convaincu que l'activité humaine, la pollution est directement responsable du réchauffement de la planète quoiqu'en dise les scientifiques. Est-ce que globalement la planète se réchauffe vraiment? Possiblement si on regarde sur une période de 20-30-40 ans. C'est quoi 40 ans comparativement à 1 millions d'années en terme de statistiques...pas grand-chose. Comment pouvez-vous expliquer la fonte des glaciers il y a plusieurs milliers d'années? par l'activité humaine? J'en doute.

 

On a quand même près d'un siècle d'industrialisation derrière-nous. Ça surement une influence, le nier c'Est se mettre la tête dans le sable.

 

 

C'est précisément là, à mon avis, que la conscience doit prendre place : c'est à la conscience humaine de s'exprimer, c'est à dire qu'il appartient uniquement à la volonté, à notre volonté d'essayer de faire en sorte que ces bouleversements bioclimatiques et environnementaux soient les plus minimes possible... et cela, c'est justement le rôle principal des gouvernements, et notamment, pour commencer, et surtout avec l'obligation de donner l'exemple, celui des gouvernements de nos pays dits "civilisés"... à la place de "civilisés", je dirais plutôt "avancés technologiquement"... Il est illusoire de croire que nos sociétés maintiendront leur niveaux de vie actuels, mais c'est d'autant plus difficile à accepter (de réduire ce fameux niveau de vie) que lorsqu'on est le pays qui vit le plus au-dessus de ses moyens, j'ai nommé les usa... vous vous en seriez doutés ! Mais c'est aussi la responsabilité des citoyens que nous sommes...

 

En plein dans le mille... c'est la conscience qui va faire la différence, conscience que notre mode de consommation a une influence sur ce que la pollution générer par d'autres pays producteurs de nos biens matériels, entre-autre...

 

Conscience que finalement le lien d'harmonie avec notre environnement devra être refait...

 

 

bien depuis un bon moment, dans ma tete et mon coeur pour moi c'est ... cause perdue. Juste a ecouté les actualités, de se qui ce passe sur notre bonne vieille planete de voir, comment des pays comme la Chine et toute l'Asie, les Indes, le Paskistan notre propre cour meme, les U.S.A et j'en oublie, dite vous bien que pour tout ces gens la, sur une échelle de prioritée le "RC" se situe tres bas pour ne pas dire dans le tres tres profond.

 

Je dénonce personnellement la façon que les médias ont émis l'information concernant le réchauffement climatique. Car trop apocalyptiques, mais en même temps c'était peut-être nécessaires pour réveiller les masses, qui ne réagissent souvent que par la peur !

 

Mais pour ma part je garde grande foi en l'humanité, même si ses travers sont souvent médiatisés. Je prend conscience de plus en plus de gens qui m'entoure qui sont prêt a passer à l'Action, pour amener un changement de paragdime et aussi améliorer la qualité de vie...

 

 

Ah oui, une petite paranthese comme ca, La Chine avec ces 2,3 milliards de tonnes de charbons l'an dernier et bien ils veulent en produire 400 millions de tonnes de plus d'ici 2010. Alors le réchauffement climatique selon eux ,pensez-vous qu'ils pensent cela prioritaire???

 

La Chine prend conscience de plus en plus de sa responsabilité en matière de pollution. De plus en Chine il y a de gros projet de ville ou Quartier écologique avec des moyens de transports alternatives et construction plus saines tous en limitant l'impact écologiques...

 

 

J'ai cité seulement la chose qui m'inquiète le plus...

Les mentalités, et j'ai le regret de t'annoncer, en exclusivité biggrin.gif (non ce n'est pas drôle), qu'elles ne changeront pas.

Ca sera même de pire en pire je pense...

 

C'est comme une guérison plus on approche de la résolution, plus on traverse des turbulences. Oui je crois que les mentalités changeront, soit par obligation, ou bien donc par volonté...

 

 

Critique de l'hypothèse d'une origine humaine [modifier]

Un des arguments apportés par les scientifiques qui ne pensent pas que l'activité humaine soit responsable du réchauffement de la Terre est que le même phénomène est également observable sur Mars[31], et qu'il y est même jusqu'à quatre fois plus rapide ; or, il n'y a pas d'activité humaine sur Mars, ce qui peut conduire à penser que la même cause est à l'origine des deux observations. Cette hypothèse est cependant rejetée par les climatologues qui soutiennent l'hypothèse anthropique ; selon eux, les causes du réchauffement de Mars sont propres à cette planète, et en aucun cas liées à une origine extérieure, notamment solaire, qui serait partagée avec la Terre.

 

Peut-être que les martiens on aussi le même problème de surconsommation que nous autres humains. HI HI HI HA HA HA :lol: :D :P ^_^

 

Je ne considèrent pas que je détient "la vérité" mais plutôt une vison différente, plus consciente. :)

Link to comment
Share on other sites

Peut être a-t-on déjà des réponses à ces problèmes mais que l'on ne les utilise pas.

 

Hi hi hi c'Est soit l'ironie ou pathétique, OUI ! nous avons tous déja des solutions et technologies qui peuvent aider a changer le paragdime et aussi de régler les principaux problèmes dans notre monde. Pourquoi tous cela est rester caché ???

 

oui bien sur que c'était ironique

 

En France, le développement de lhuile végétale carburant doit faire face à de nombreuses oppositions dordre fiscale et réglementaire voulues par le législateur en dépit des aspirations des agriculteurs. Et les avancées techniques en matière de motorisation à lhuile émanent de lAllemagne avec des sociétés comme ATG ou Ferrotherm. Laccès pour les agriculteurs au marché de lhuile végétale carburant aurait permis de préparer les technologies de motorisation à lhuile. Si lhuile dalgue venait à remplacer un quart des carburants fossiles, comme il est prévu aux Etats-Unis, la France accuserait un retard technologique très conséquent."

 

C'est une solution temporaire ou bien donc transitoire, car avec les cultures végétale pour le biocarburant amenant aussi son lot de terre contaminée par des pesticides et engrais chimiques, se retrouvant dans les nappes phréatiques.

 

Bref tous presqu'aussi polluant...

 

 

As tu lu l'article que j'avais mis en lien? As tu vu les photos? Je suis bien placé pour connaitre les problème liés aux biocarburants (je suis en maîtrise en environnement) et je dois dire que je ne suis vraiment pas favorable à l'essence de maïs! C'est presque pire que le pétrole! Mais si j'ai parlé de cette technologie c'est bien parce qu'elle est différente des autres. Toute la culture des algues se fait en circuit fermé ce qui veut dire un contrôle total de la pollution. Pas besoin de pesticides!!! Pas de pollutions de nappes ni de cours d'eau!!! C'est vraiment complètement différent de la culture en plein champs.

 

désolé, je sais qu'on est loin de la météo mais je voulais préciser ce point.

Link to comment
Share on other sites

Comment pouvez-vous expliquer la fonte des glaciers il y a plusieurs milliers d'années?  par l'activité humaine?  J'en doute.

Salut Yalan et tout le monde,

 

C'est drôle que personne n'ait remis en question cette soi-disant évidence selon laquelle la fin de la dernière glaciation ne serait pas dûe à l'activité humaine. Il se trouve que j'ai déjà lu un article dans une revue scientifique (je n'ai pas la source) qui faisait l'hypothèse inverse. À l'appui : il y a 11 000 ans, il y avait des giraffes, des lions et des hypopotames au Sahara actuel. Il y avait de la végétation et sans doute des forêts. Imaginez une superficie de forêts grande comme disons la moitié seulement du Sahara, brûlée pour en faire des pâturages et élever du bétail. Imaginez la même chose en Chine et en Amérique. Imaginez l'effet de serre qui en résulterait. Qu'est-ce qui prouve que ce n'est pas ce genre de situation qui a provoqué la fin de la glaciation ? Vous alléguerez que la déforestation actuelle est une conséquence de la surpopulation et qu'ils n'y avait pas suffisamment de gens il y a 11 000 ans pour justifier des déforestations importantes. Mais, encore là, rien ne prouve que la planète était aussi peu habitée qu'on veut bien le croire aujourd'hui.

 

En fait, selon une théorie proposée, ce serait l'accumulation du gaz carbonique durant des millénaires de glaciation qui provoquerait la fin des périodes glaciaires. Si c'est le cas, l'agriculture a très probablement accéléré la fin de la dernière glaciation.

 

Au sujet du défaitisme à la mode occidentale, elle est une conséquence directe d'une trop grande consommation de télé et de nouvelle déprimantes. L'idée répendue selon laquelle on ne peut rien faire est un prétexte à l'inaction. Par exemple, j'ai un ami qui ne veut rien recycler, car il prétend que ce sont les compagnies qui sont responsables du surembalage (etc.) et que le problème devrait être réglé à la source. Prétexte. La solution aux problèmes est toujours dans l'action. C'est ce qu'ont compris ceux et celles qui ont participé aux conférences pour la Terre, par exemple le sommet de Rio, qui fut un événement important que, je m'étonne, personne n'a mentionné dans ce forum.

 

Selon les spécialistes du cycle du carbone, la nature n'absorbe que les deux tiers (à moins que ce soit le tier ?) des émissions anthropiques actuelles de gaz carbonique dans l'atmosphère; l'autre tiers s'accumule. Selon les chercheurs ayant étudié des carottes de glaces prélevées au Groenland et en Antartic (et selon des données issues de forages marins), il y a, au cours des millénaires, une corrélation directe entre la température du globe et la concentration de gaz carbonique dans l'atmosphère. La question qui restait jusqu'à récemment à trancher est : quel est l'élément déclencheur des variations : le gas carbonique ou autre chose ? Si c'est le gaz carbonique, quelle était la source de ses variations avant le début de l'activité humaine ? Par exemple, on sait que lorsque la température des océans augmente, ils absorbent moins efficacement le carbone, qui tend alors à s'accumuler dans l'atmosphère. Mais, selon les meilleurs modèles actuels, dont on vérifie la validité sur les données des dernières décennies, il est clair que l'augmentation de la concentration en carbone provoque une augmentation moyenne de la température à la surface du globe. Évidemment, je m'en remets moi aussi aux experts, ce que je ne considère pas être une attitude scientifique; il me suffit de savoir que la très grande majorité des experts s'entendent sur cette question.

 

Une partie du doute quant à savoir si oui ou non le réchauffement actuel est d'origine anthropique nous vient de scientifiques peu scrupuleux dont les recherhes possiblement biaisées ont été financées par des pétrolières, qui ont tout intérêt dans l'inertie actuelle.

 

Lorsque les ressources actuellement disponibles seront épuisées, on pourra toujours détruire aussi le fond des océans ou aller les puiser sur d'autres planètes, mais ce ne sera pas très économe. En pratique, pour nos bons gouvernements, la question qui se pose présentement est "quel est le seuil critique ?" Combien de vies humaines faut-il détruire et combien doit-on payer en soins médicaux, en marées humaines et en problèmes de toutes sortes pour se réveiller ?

 

Si on ne voyait que des inconvénients au réchauffement climatique, ce serait plus facile de convaincre tout le monde de l'importance d'agir maintenant, mais il y a aussi des avantages : les saisons agricoles sont prolongées, les zones agricoles vont progresser vers le nord, on va pouvoir ouvrir un passage maritime permettant de traverser l'océan Arctic et accéder plus facilement aux gisements pétroliers. Certains sont même tout excités à l'idée que le Canada devra jouer un rôle stratégique important et déployer des efforts millitaires en Arctic.

 

Quoi qu'il en soit, le problème du réchauffement climatique doit être placé dans une perspective globale de respect des écosystèmes et de la vie, dont l'être humain fait partie. Comme il a été mentionné, c'est en faisant le lien entre les petites actions quotidiennes et la situation globale que les mentalités changeront. C'est aussi en faisant le ménage des valeurs et en plaçant en priorité le respect de la vie.

 

Pour revenir à la question posée : "que pensez-vous de la science en tant que panacée contre le réchauffement climatique ?" Cette question a déjà très bien été répondue dans ce forum. Personnellement, la science n'est pas la panacée; il me semble évident que la solution passe par un changement mondial dans nos habitudes. Nous avons les connaissances sur les modes de production et de consommation écologiques, alors il faut s'en servir. Est-ce que cela viendra dans le cadre du système économique mondial actuel, j'en doute. C'est une opinion très personnelle, mais je suis à peu près convaincu que le système économique actuel n'est pas viable à long terme.

 

Ceci dit, bravo aux intervenants pour la qualité de la discussion sur ce sujet.

Edited by Wave
Link to comment
Share on other sites

Quoi qu'il en soit, le problème du réchauffement climatique doit être placé dans une perspective globale de respect des écosystèmes et de la vie, dont l'être humain fait partie. Comme il a été mentionné, c'est en faisant le lien entre les petites actions quotidiennes et la situation globale que les mentalités changeront. C'est aussi en faisant le ménage des valeurs et en plaçant en priorité le respect de la vie

 

Bravo !!! Il y en faudrait des tonnes comme toi qui sont prêt a faire bouger les choses !!!

Link to comment
Share on other sites

Quoi qu'il en soit, le problème du réchauffement climatique doit être placé dans une perspective globale de respect des écosystèmes et de la vie, dont l'être humain fait partie. Comme il a été mentionné, c'est en faisant le lien entre les petites actions quotidiennes et la situation globale que les mentalités changeront. C'est aussi en faisant le ménage des valeurs et en plaçant en priorité le respect de la vie

 

Bravo !!! Il y en faudrait des tonnes comme toi qui sont prêt a faire bouger les choses !!!

Merci Carol. Les beaux discours ne sont beaux que dans la forme, superficielle. La beauté vraie, profonde, est dans l'action.

 

Alain

Link to comment
Share on other sites

À Wave et à tous ceux que cela intéresse ou devrait intéresser, sans vouloir être hors d'ordre sur ce forum parce que le climat, c'est le résultat de l'observation météorologique quotidienne, qui est pour certains, dont je suis, tout à fait passionnante:

Pour revenir à la question posée : "que pensez-vous de la science en tant que panacée contre le réchauffement climatique ?" Cette question a déjà très bien été répondue dans ce forum. Personnellement, la science n'est pas la panacée; il me semble évident que la solution passe par un changement mondial dans nos habitudes. Nous avons les connaissances sur les modes de production et de consommation écologiques, alors il faut s'en servir. Est-ce que cela viendra dans le cadre du système économique mondial actuel, j'en doute. C'est une opinion très personnelle, mais je suis à peu près convaincu que le système économique actuel n'est pas viable à long terme.

 

J'ai posé une question qui, je pense, a suscité une réflexion très riche de la part des membres de ce forum. Je me permets ce soir, bien humblement, de tenter d'y répondre.

 

D'abord, merci à Romie pour tes encouragements. Cela m'a fait chaud au coeur.

 

Je suis d'accord absolument avec toi Wave. La science, les technologies, l'innovation ou la recherche ne sauraient en aucune façon être une panacée contre les changements climatiques qui ressemblent de plus en plus à un réchauffement. Observable, quotidiennement. Si j'ai posé la question, c'est que les lois du marché qui gouvernent le monde dit développé réfèrent généralement à l'intelligence scientifique comme déni d'une humanité qui courrrerait possiblement à sa perte. Une telle position m'apparaît un leurre inquiétant, et une excuse pour ne rien faire, justement pour ne pas perturber le marché, continuer à viser l'augmentation effrénée des PIB, bref pour la business as usual. Cela n'est sans doute plus possible. La science fait partie de la solution, mais ne saurait être aujourd'hui en aucun cas LA solution. Je pense que cela doit être très clair. Il faut, comme le dit Wave, changer le système économique actuel parce qu'il n'est plus viable, plus soutenable, plus durable.

 

L'ONU a fait connaître hier son quatrième rapport sur l'état de la planète depuis le rapport Bruntland proposant en 1988 un changement de paradigme en prônant le développment durable. Ses constats ne sont pas alarmistes mais extrêmement préoccupants.

 

- 25 0ctobre 2007- «Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) avertit aujourd'hui que les menaces les plus graves pour la planète, notamment le changement climatique, le taux d'extinction des espèces et le défi consistant à alimenter une population croissante figurent parmi les nombreux problèmes qui n'ont pas été résolus et qui mettent l'humanité en danger.

 

Le rapport avertit aussi que nous vivons bien au dessus de nos moyens.  La population humaine est désormais si importante que "la quantité de ressources nécessaires pour la faire vivre dépasse les ressources disponibles... l'empreinte de l'humanité (c'est-à-dire les besoins relatifs à l'environnement) est de 21,9 hectares/personne, alors que la capacité biologique de la Terre est, en moyenne, seulement de 15,7 ha/personne... ».

 

Parmi les autres points critiques identifiés dans le rapport figure d'abord la gestion de l'eau.

 

« L'irrigation consomme déjà environ 70% de l'eau disponible, pourtant atteindre l'Objectif du Millénaire pour le développement (OMD) concernant la faim impliquera de doubler la production alimentaire d'ici 2050 ».

 

L'eau douce diminue : d'ici 2025, l'utilisation d'eau devrait selon les prévisions augmenter de 50% dans les pays en voie de développement et de 18% dans le monde développé. Selon GEO-4, "le fardeau croissant de la demande d'eau deviendra intolérable dans les pays qui connaîtront une pénurie d'eau".

 

La qualité de l'eau décline aussi, car elle est polluée par des pathogènes microbiens et des nutriments excessifs. La contamination de l'eau reste la cause la plus importante de maladies et de décès à l'échelle mondiale.

 

Concernant la biodiversité, les changements actuels sont les plus rapides dans l'histoire de l'humanité.

 

L'extinction des espèces se produit à une vitesse 100 fois supérieure à celle indiquée par les fossiles. Le commerce de la viande de brousse dans le bassin du Congo est estimé comme étant six fois supérieur au taux durable. Parmi les groupes vertébrés qui ont complètement évolués, plus de 30% des amphibiens, 23% des mammifères, et 12% des oiseaux sont menacés. L'introduction d'espèces étrangères ou exotiques est un problème croissant.

 

Une sixième extinction majeure est en cours, cette fois-ci causée par le comportement humain, affirme le rapport.

 

Le Québec s'est doté, il y a près d'un an, d'une Loi sur le développement durable. Cette loi a été suivie du dépôt public d'une Stratégie québécoise de développement durable. Cette stratégie est actuellement débattue en commision parlementaire de l'Assemblée nationale. Devant les défis posés par les changements climatiques, je me suis interrogé sur la compréhension qu'avait du concept de développement durable notre gouvernement. C'est un point de départ très sensible, puisque tout le reste en dépend. Or, dans cette stratégie, les dimensions environnementales, sociales et économiques du développement durable sont conçues comme des pilliers ayant une valeur égale (­mis sur un pied d'égalité). /Voir le verbatim des discussions du 25 octobre 2005 sur le site de l'Assemblée nationale: / désolé, je voulais vous mettre le lien direct, mais le système de l'Assemblée est ce soir en panne/

 

Le développement durable, depuis 20 ans, est demeuré un concept fourre-tout souvent utilisé pour favoriser la continuation de la croissance et du développement économique à tout crin, classique de l'ère industrielle du dernier siècle, sous couvert que quelque soit le résultat, l'environnement a été pris en considération.

 

Plusieurs chercheurs se sont penché sur l'applicabilité du concept. Et, lumière!, ils ont réussi à dégager un semblant de début de compréhension qui pourrait éviter les amalgames de mauvaise foi, les utilisations pernicieuses qu'on connait actuellement. Ainsi des trois volets du DD, l'économie en serait le moyen, l'outil, l'environnement, la condition, le social, soit la qualité de vie générale des citoyens, l'objectif. Tout à coup, pour moi, tout s'éclaire, tout devient imparable. On sait dorénavant ce dont on parle, ce qu'on veut. Comment on peut. Cela vient des sciences sociales. Mais c'est lumineux.

 

Notre ministre de l'environnement s'en est tenue hier en commission parlementaire à ses pilliers, des pilliers qui n'ont aucune signification. Aujourd'hui, cela m'a désolé. Pour notre société, pour notre avenir. Parce que cela permet les amalgames pernicieux cités plus haut qui justifient, en apparence, de faire tout et rien pour la protection des écosystèmes.

 

Oui Wave, le défi actuel exige un changement des façons de faire. Mais de notre démocratie ne pouvons-nous pas en espérer seulement des lueurs? Pas maintenant.

 

De la société civile. De nous. Je ne vois rien d'autre à l'horizon. De L'ONU, des forces vives des citoyens regroupés en groupes d'influence, d'entreprises qui tentent d'être de plus en plus responsables socialement, diversifiant leurs intérêts purement mercantiles pour contribuer au mieux-être des humains qu'elles desservent sans vouloir les exploiter indûment.

 

Je sais bien que je suis pas mal hors sujet. Mes excuses, à l'avance. Mais un fait reste indéniable: notre météo au quotidien demeurera de plus en plus tributaire des changements climatiques qui s'annoncent. Et ces changements climatiques sont le résultat de notre mode de fonctionnement économique. Tout cela se tient, je crois bien, pour se donner des perspectives de connaissance, de compréhension, loin en amont. Juste pour savoir... et comprendre. La mondialisation ne peut que s'accompagner de la globalisation des savoirs.

Link to comment
Share on other sites

"Ainsi des trois volets du DD, l'économie en serait le moyen, l'outil, l'environnement, la condition, le social, soit la qualité de vie générale des citoyens, l'objectif. Tout à coup, pour moi, tout s'éclaire, tout devient imparable. On sait dorénavant ce dont on parle, ce qu'on veut. Comment on peut. Cela vient des sciences sociales. Mais c'est lumineux." (Garin)

 

Merci Garin. Les idées les plus révolutionnaires sont souvent les plus évidentes. Le gouvernement, dans sa bonne logique "démocratique" voulant - en apparence - mettre les différents lobies sur un pied d'égalité, a fait de ces trois sujets (environnement, économie et social) trois piliers en apparence égaux. Pas besoin d'un expert en quoi que ce soit pour réaliser que ça n'a pas de sens. Mais les experts en question ont le mérite d'avoir mis officiellement de l'ordre dans les idées reçues.

 

Parce que cet ordre est essentiel, le revoici, bien en évidence :

 

1- La qualité de l'environnement est la condition du développement économique à moyen et long terme.

 

2- Le développement économique est un outil essentiel du développement social.

 

3- Le développement social, en tant que qualité de vie, est l'objectif à atteindre, à moyen et long terme.

 

Avoir clairement établi cet ordre est un début. Cependant, voici deux bémols :

 

1. L'idée selon laquelle on peut faire ce qu'on veut de l'environnement et qu'on peut (ou qu'on doit) exploiter nos ressources pour stimuler la croissance économique se place dans le cadre d'une logique utilitariste : l'environnement n'a de valeur qu'en tant que ressource à exploiter. Il existe d'autres façons de considérer l'environnement et la vie.

 

2. Qu'est-ce que la qualité de vie ? Tout le monde ne peut pas s'entendre sur ce point, car tout le monde n'a pas les mêmes valeurs. Par exemple, tout le monde n'est pas d'accord sur sur l'idée que ça prend une voiture (ou un VUS) pour avoir une bonne qualité de vie. Mais il est certain que ce critère (la qualité de vie) est moins trivial que le PIB (qui est un critère idiot).

 

Voilà. Je vous laisse sur cette belle parole.

Edited by Wave
Link to comment
Share on other sites

De la société civile. De nous. Je ne vois rien d'autre à l'horizon. De L'ONU, des forces vives des citoyens regroupés en groupes d'influence, d'entreprises qui tentent d'être de plus en plus responsables socialement, diversifiant leurs intérêts purement mercantiles pour contribuer au mieux-être des humains qu'elles desservent sans vouloir les exploiter indûment.

 

Mouais !!! je suis en partie d'Accord, mais concernant la société civile, bien les gens sont habituer a donner leur pouvoir a des systèmes d'où probablement ton scepticisme a croire que les solutions ne pourront venir le la base. (citoyen)

 

Et pourtant et pourtant !!! :angry:

 

Ce sera a nous d'apporter un changement durable, en tans que citoyen et consommateur nous avons un pouvoir... suffit de passer à l'Action... ne point CROIRE aveuglément a ce que les gouvernements (gouverne et ment ) nous disent, ayons un discernement, s.v.p. ;) Arrêtons de croire que nous sommes impuissants, au contraire...

 

Merci Garin. Les idées les plus révolutionnaires sont souvent les plus évidentes. Le gouvernement, dans sa bonne logique "démocratique" voulant - en apparence - mettre les différents lobies sur un pied d'égalité, a fait de ces trois sujets (environnement, économie et social) trois piliers en apparence égaux. Pas besoin d'un expert en quoi que ce soit pour réaliser que ça n'a pas de sens.

 

A qui le dit-tu ! :(

 

Bref j'encourage tous ceux qui ont une ouverture d'Esprit et de coeur de faire avancer les choses, mêmes minimes soit-il ! Même si nous ne voyons point les résultats.

 

Bref !!!

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
×
×
  • Create New...