Jump to content

foehn sec typique


Recommended Posts

Bonjour à tous et toutes : rien qu'à voir l'imagerie satellite on voit la déchirure sous le vent des Pyrénées du "trou de foehn" , les versants sud dégagés et la bande de cirrus cirrostratus parallèle sous le vent en immense nuage d' onde .

Mais c'est aux radio sondages typiques de cette situation que s'inscrit ce shéma si classique : comparez Saragosse et Bordeaux :

1) Saragosse au vent du relief montre des basses couches stabilisées avec thêta de 20°sous 880 hpa, surmontée d' une thêta de 30° à 750 hpa prêtes à faire une descente forcée sous le vent avec l' énergie visible dans les vents forts .

2) Bordeaux, même loin de la chaine accuse bien des thêta de 29/30° de 910 à 700 hpa, visiblement issues d' un glissement descendant sur les rails adiabatiques .

 

Par contre les étages moyens des deux sont instables :

à Saragosse : pseudo de 15,5) à 750 pouvant monter jusqu'à 420 hpa en Cb d' altitude

Bordeaux idem : Ac très instables jusqu'à 500 hpa .

Santander présente une structure analogue avec des thêtas un peu plus faibles : 25/28 au-dessus de 990 hpa, ce qui laisse augurer de maxis au sol intéressants .

Par contre chez nous des max de 30° sont à attendre évidemment .

Bonne journée et meilleurs souvenirs aux jeunes passionnés dont j' ai eu le plaisir de faire connaissance à Aubiac . C.L.

 

 

PS : Et maintenant, Samedi après-midi on est passés dans la phase Foehn humide avec accumulation du corps pluvieux versants espagnols, refroidissement des RS par le bas, réchauffement par le haut en pseudos croissantes, d' où une belle stabilisation . Nouvelle bande pluvieuse au nord de Toulouse dans les ressources ascendantes parallèles à la chaîne . Il n'y a plus qu' à chercher une belle coupe dans un modèle fin pour voir s'il matérialise ce que l' ont voit avec nos yeux .

Bonne après-midi C.L.

Edited by lefevre.65
Link to comment
Share on other sites

Bonsoir à tous,

 

Il sest produit un écoulement transverse en cet après midi de foehn, à la manière dun vigoureux coup de vent douest parti du Béarn, balayant la Bigorre en pointes supérieures à 80 km/h et achevant sa course ce soir en Ariège avec bascule brutale de près de 360° à St Girons.

En ce moment, le SSE a repris à larrière de cette onde sur toute la Bigorre, sans que lénergie du foehn ait été affectée sur les crêtes.

Je cherche un début dexplication en déduction du schéma thermodynamique que vous décrivez, notamment (peut-être) le renforcement de la stabilité statique sur les RS de 12 UTC.

Chute de la T et joli crochet de pression ont accompagné ce phénomène, dont je me demandais sil était couramment observé, et si nous étions en présence dune onde piégée (ou bien dautres choses encore).

 

PS : Cest avec beaucoup de regret que je nai pu assister à la rencontre dAubiac, pâques festives réservées de longue date en ce qui me concerne, mais je ne manquerais sous aucun prétexte la prochaine occasion de parfaire les critères de Pône (entre autres).

B)

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à Mr "Calou 34" et à tous nos amis du forum .

Oui, j'ai bien vu ce petit front de rafales hier après midi et j'étais bien inquiet car je me demandais s'il arriverait jusqu'à Toulouse où les rugbymen qui avaient eu le vent de face en première mi-temps n'allaient pas encore l' avoir de face en deuxième mi-temps après rotation possible avec coup de vent d' W .

On tombe là dans une frontogénèse de méso-échelle où plusieurs causes se combinent pour déclencher cette irruption brutale en coup de vent d'W avec onde de hausse, chute des tempés, souvent rentrée maritime de nuages bas suivant l'humidité et l'épaisseur du volume concerné .

 

D' où une butée sur le plateau de Ger pour une épaisseur inférieure à 400m, sur le plateau de Lannemezan pour moins de 600m, et enfin encore plus à l' est pour de plus fortes épaisseurs mais en s'essoufflant alors sensiblement .

On est un peu loin de la frontologie norvégienne ou alors il faut sérieusement l'affiner. Ce que l'on voit là ressembler à un front froid perdu de vue sous les nappes de nuages moyens peut être une rentrée de secteur chaud avec hausse des pseudos et bruine .

Hier on pouvait remarquer d' ouest en est et dans le temps, au sud de la dépression dynamique bien dessinée à 15h UTC centrée au N de Pau et qui semblait être la cause première du coup de vent d'W engagé sur sa face sud coincé contre les Pyrénées :

 

A 16h loc : à Iraty (1427m) :coup de vent d' W 50 à 96 kmh, chute de tempé de 5°,6 11,9mm de pluie en 3h . Les 15° qui précédaient valaient bien les 30° en thêta prévisibles avec les RS de la nuit ;

 

Vers 17h à Pau : coup d'W 55kmh,pluie, moins 4° à la tempé, plus 4,6hpa en 2h,

à Ossun : WNW 64kmh, moins 5,5° au thermo, plus 5hpa en2h au baro

 

Auch un peu au nord du phénomène n'a marqué que le bord gauche du noyau de hausse : +3hpa en 2 h(17/19h) et plus tard la chute du vent de SE (19h) et rotation à l'W 9kmh peu significatif .

 

Bizarrement,Campistrous à 600m sur le plateau de Lannemezan n'a subi le coup d' W qu'à 18h loc : 21 à 56kmh avec chute de tempé de 6°,1 . Après le max de 24°,3 (à 600m) on vérifie bien qu' il était sur une thêta de 30°.

 

Quant au Pic du Midi il est resté au-dessus de ces phénomènes .

 

St Girons n'a été touché qu'en fin de course après 18h avec chute du vent de SE à NW20 à 29 kmh .

 

Ce phénomène est fréquent de Mai à Novembre surtout, de nature analogue aux Galernes océaniques de plus grande échelle .

 

Mais il faudrait avoir Synergie sous le coude pour vérifier l' ensemble du problème à trois ou quatre ou cinq dimensions .

 

A l' occasion de la campagne de recherches "Pyrex "en 1990 je crois, où l' on disposait de six RS toutes les six heures autour des Pyrénées, de deux avions en l'air suivant la situation, j' ai pu piéger un front de rafales très épais ( 1600m si je me souviens bien) . Je dois disposer de son étude de cas dans mes cartons, ce qui m'avait permis de comprendre un peu mieux les échecs de prévisions subis depuis toujours . Je pense que ça reste encore un problème pour les jeunes prévis .

 

Bon Dimanche à tous C.L.

Edited by lefevre.65
Link to comment
Share on other sites

Tous mes remerciements pour vous avoir pris le temps de détailler et dexpertiser ce cas de figure.

 

De mon côté, jai retrouvé cette méso-dépression en surface sur les modélisations du CEP 12Z avec un fort gradient vers la chaîne, mais sans les champs de vitesse de vent dus à la force de pression horizontale.

En outre, les T2M étaient surévaluées.

 

Dans un ordre de grandeur plus précis, un run 00Z du solveur dynamique ARW du WRF couplé avec GFS en mode non hydrostatique, malgré une projection horizontale de 12 km, simulait avec un certain réalisme cette perturbation, avec onde de pression au sol et rotation des vents.

Avec les vents verticaux, on trouve en 3D un schéma proche du FF dans les niveaux inférieurs du modèle, avec la particularité de retrouver une bande subsidente très marquée en phase dinitialisation de perturbation (925 et 850 hPa) et des vitesses ascendantes frontales moins violentes mais davantage réparties en profondeur, ce qui ne pouvait conférer à ce système quune courte durée de vie.

 

Tout se passait bien dans de faibles épaisseurs comme les obs. le démontraient (jai sauvegardé quelques vignettes le cas échéant).

 

Au hasard de recherche sur la campagne PYREX, jai trouvé un cas détude, mais malheureusement non documenté, se rapportant à un cas similaire, peut-être celui auquel vous faites référence.

http://www.map.meteoswiss.ch/map-doc/pyrexinfo.htm

 

Encore merci pour vos éclaircissements.

Bonne soirée.

Edited by calou34
Link to comment
Share on other sites

Bonsoir à tous et merci à Calou pour ces renseignements . La situation que j'avais étudiée en détails était du 26 octobre, je pense, et non du 15 comme chez Philippe Bougeault . D'ailleurs, je crois me souvenir avoir vu passer vers huit heures du matin le coup de vent d'W atténué à Toulouse qui avait dù commencer à 5h20 à Biarritz .

Quand on regarde après coup on voit combien l' intensité des rafales est liée aux noyaux de tendance en hausse, témoins de l'affaissement de la masse d'air, ce qui est normal puisque sa formule comporte un paramètre vitesse verticale . On peut donc penser au vent isallobarique comme on faisait autrefois . Mais aujourd'hui on a des moyens beaucoup plus riches et précis à travers les derniers modèles fins . Il faudra donc voir ce qu'en fait "Arome" par exemple, cet été . Bonne soirée . C.L.

Edited by lefevre.65
Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous,

 

 

Merci à Christian et à Calou 34 pour ce débat très technique et passionnant à partir de la situation à foëhn de samedi dernier mais (c'est le modérateur qui intervient B) ) je crains qu'en l'absence de cartes, documents, RS, coupes, schémas... la communauté fidèle à ce forum ne puisse suivre facilement l'intégralité de vos diagnostics particulièrement intéressants pour le grand sud.

 

Si vous pouviez donc rajouter quelques éléments graphiques en illustration (ne serait-ce que les documents qui ont servi à vos investigations) ce serait plus que parfait !

 

Merci au nom de la communauté météo du forum et continuez.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous : oui, j'y comptais bien et je viens de récupérer à MF des coupes dans "AROME" en thêtas,et humidités sur le front de rafales ainsi que des vents à 10m à une heure d' intervalle . Je vais reprendre les sondages aussi mais il vaut mieux que j'attende mon informaticien préféré si vous pouvez patienter un peu . C'est plus sûr .A bientôt .C.L.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

 

Voici donc de mon côté les sauvegardes issues du CEP et de l'université de Leipzig pour le modèle WRF-ARW version 3.1 (à noter que les cartes du CEP nécessitent une inscription gratuite pour être consultées).

En 1er lieu les champs de pression au sol du run de 12Z du CEP, théoriquement relativement bien en phase temporellement puisque bénéficiant de la technique dassimilation 4DVAR.

 

http://images.meteociel.fr/im/8174/France_2011050712_wind10m_3ujl9_mini.png

http://images.meteociel.fr/im/1720/France_2011050712_wind10m_6sgd6_mini.png

 

On ne remarque pas daccélération du vent sur le piémont (voir les modules du vent à 10 m).

 

Le run WRF est daté de 00Z, il tire ses conditions latérales du modèle américain GFS.

Le phénomène prend un peu de retard mais est relativement bien simulé.

Carte de lévolution de la pression en 3h.

 

http://images.meteociel.fr/im/6200/tendencies_euovv7_mini.png

 

La divergence horizontale (à 925 hPa) des champs dhumidité plus les vecteurs vents, avec le dipôle convergence divergence et le vent calculé dWNW entre Bigorre.et Lannemezan.

 

http://images.meteociel.fr/im/8077/MFDIV925_eujuq8_mini.png

 

Le champ de divergence (valeurs positives) à ce niveau du modèle lemporte sur la bande plus étroite convergente à lavant.

 

Les VV associées à 925 hPa, et celles à 500 hPa.

 

http://images.meteociel.fr/im/5226/VV925_eubnc0_mini.png

http://images.meteociel.fr/im/3579/VV500_eurcr9_mini.png

 

La subsidence nest forte quen basses couches.

 

Enfin, lévolution du petit rapide de jet à 700 hPa.

 

http://images.meteociel.fr/im/4506/U700_eukaf1_mini.png

http://images.meteociel.fr/im/1135/U700_eu_2jvj5_mini.png

 

On se trouve sur les bords du modèle, mais il me semble qu'il offrait un bon outil diagnostic pour la prévision.

Mr Lefevre, Nous nous montrerons plus patient qu'à l'habitude pour découvrir les coupes d'arome et j'en profite pour vous remercier par avance de nous faire partager cette exclusivité. :rolleyes:

Edited by calou34
Link to comment
Share on other sites

Voici les compléments prévus que Patrick Santurette a eu la gentillesse de me fournir hier (modèle AROME).

 

 

http://img560.imageshack.us/img560/7092/rsbordeauxfrraf07052011.gifhttp://img850.imageshack.us/img850/6159/rssaragossefrraf0705201.gif

 

 

http://img202.imageshack.us/img202/4719/pmerfrraf07052011.gifhttp://i52.tinypic.com/30v2nfc.gif

 

http://i53.tinypic.com/2z9fw3b.gif

 

Vent à 10m à 14h, 15h et 16h UTC.

 

 

 

http://i56.tinypic.com/xgmrnc.gif

 

Coupe en vitesse verticale et en Thêta.

 

 

http://i53.tinypic.com/2ahgkmd.gif

 

Coupe Thêta et humidité (très dilatée verticalement).

Edited by lefevre.65
Link to comment
Share on other sites

Merci pour cette abondante illustration :rolleyes: ,permettant au passage dapprécier la précision et la représentation de cette perturbation à léchelle de travail dAROME.

Cela doit être un outil diagnostic remarquable pour la très haute résolution en prévision immédiate.

 

Jaimerais à loccasion (pas vraiment le temps ce soir) vous soumettre dautres diagnostics tirés du GFS 0.5° disponibles sur le site de luniversité dAlbany relatifs aux écoulements à plus grande échelle, à la recherche du précurseur qui aurait pu initialiser, guider ou influencer cette méso perturbation (à moins que ça en devienne indigeste pour les lecteurs du forum).

 

Passez une bonne soirée.

Edited by calou34
Link to comment
Share on other sites

Bonsoir à tous,

 

 

Un grand merci Christian et Calou (et à P. Santurette) pour ces documents exceptionnels.

 

A bien y regarder effectivement il semble bien que ce soit assez similaire à une galerne typique et non frontale; en tout cas de nombreux ingrédients y étaient (mais pas tous).

 

De vos documents Christian, je retiens la dernière coupe AROME thêtas et U par dessus les Pyrénées.

Est-ce que les versants Espagnols sont à droite ce qui semblerait logique vu la position de l'humidité et l'allure des thêtas ?

 

Ceci semble en tout cas correspondre aux très fortes pluies qui on copieusement arrosé les crêtes Pyrénéennes centrales samedi après midi au point de mettre mes collègues prévis en pré alerte sur le haut bassin de la Garonne en soirée.

 

Les niveaux sont montés très rapidement sur les Nestes (Aure et Louron) du coté de St Lary Soulan, Loudenvielle et Arreau... après plusieurs dizaines de mm de pluie (je vous donnerai quelques chiffres).

Mais les pluvios du bassin n'ont rien indiqué, c'était vraiment très en amont, en portée radar toutefois.

 

C'est à Loudenvielle (courbe bleue) que la montée a été la plus rapide: 1 mètre en quelques heures.

 

http://img857.imageshack.us/img857/4223/sansrebw.png

Hydrogrammes typiques de crues rapides sur bassin à hauts reliefs sous précipitations convectives.

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir Jean Louis et à tous nos amis du forum : oui, bien sûr, le sud est à droite et l' on voit bien le mur de foehn coiffer les versants nord et, sous le vent, à gauche, les ondes parallèles au relief dont la plus épaisse donnait de beaux virgas .

 

On doit pouvoir penser aussi qu'avec les vents forts de sud la pluie tombe obliquement pour déborder sur les versants français après avoir bénéficié du soulèvement forcé côté espagnol .

Je crois me souvenir que c'est comme ça qu'en Novembre 82 L'Hospitalet a subi des abats d'eau énormes (300 à 350mm ?) plus élevés qu'au vent et au sommet du relief .

 

Merci pour ce complément de dossier très complémentaire . Je n'avais pas pensé regarder les cartes de crue .

 

Ce soir ce n'est plus une dépression dynamique qui contribue à une frontogénèse mésosynoptique mais la dépression thermique du SW avec la rentrée de ce front orageux qui m'inquiète beaucoup . Les ingrédients étaient bien en place ce matin très tôt . Bonne nuit quand même . C.L.

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir à toutes et à tous,

 

En complément de tout ce qui a été décrit et analyser ici, je reste intriguer par le déferlement (peut-on parler de convectif) de ce nuage d'onde visible sur cette prise deumetsat 12 UTC canaux vapeur deau et infra rouge composites, et de son sommet particulièrement éclatant.

 

http://images.meteociel.fr/im/480/Capturer_pgl4.JPG

 

Je vous soumets quelques diagnostics sur la surface 2 PVU dite de tropopause dynamique (je laisse le soin aux lecteurs non avertis de faire les recherches dans lhistorique du forum sur les notions du tourbillon potentiel), tirées du centre européen de prévision en résolution spectrale T511L60 (moins précise que lopérationnel), sur la fenêtre 12 UTC http://www.pa.op.dlr.de/arctic/index.html

Le modèle résout un saut de tropopause remarquable que lon devine sur les coupes dAROME.

Ainsi, la hauteur géopotentielle de la 2 PVU affiche environ 1500 DAM, à une pression de 150 hPa.

L'assèchement et lintrusion dozone stratosphérique ainsi que les valeurs de thêta, tous ces champs superposés affichent un fort gradient horizontal à lendroit du front de rafales en surface.

 

Mais je nai pas le niveau demandé pour commenter de telles solutions numériques.

 

PS: Je ne peux joindre ici que 3 ou 4 vignettes peu visibles centrées sur le pôle, la consultation du site s'impose pour plus de détails malheureusement.

 

Bonne soirée.

 

http://images.meteociel.fr/im/5116/a21_ylf2.gifhttp://images.meteociel.fr/im/8760/a21_Pres_ucd8.gifhttp://images.meteociel.fr/im/6541/a21_o3_pvz4.gif

http://images.meteociel.fr/im/2185/a21_PT%C2%B0_pen8.gif

Edited by calou34
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
×
×
  • Create New...