Jump to content

fortes pluies sur la montagne noire


Recommended Posts

Effectivement Paul, tout est un peu bizarre depuis ce matin , d'ailleurs la polémique s'installe au sujet des alertes; les Gardois ne comprennent pas que la vigi soit repassée en orange alors qu'ils ont toujours les pieds dans l'eau. Si j'ai bien compris la vigi ne s'applique qu'aux prévis de pluviométrie: au dessus de 250mm c'est rouge en dessous orange, sans tenir compte de l'état des cours d'eau des régions considérées?? -_- :rolleyes:

 

Il est bien évident que 300mm après 6 mois de sècheresse ne font pas forcément plus de dégâts que 160mm sur des sols saturés et des cours d'eau proche de la cote d'alerte. Lautre phénomène a considérer c'est que lorsque on passe du niveau d'alerte jaune à celui orange on se méfie de ce qui va arriver car on est monté d'un cran dans la vigi; dans le sens contraire, du rouge vers lorange, le sentiment qui domine c'est plutôt "ouf" le plus dur est passé c'est fini !!!

 

Je crois que qu'il est difficile avec simplement 2 niveaux d'alerte "médiatiques" de tout gérer!!!!! :( :mellow:

 

sinon 62mm à Cadalen depuis lundi

 

Momo

Link to comment
Share on other sites

bonjour momo ;) en attendant les premiers frimas ,quelques réflexions.

Je pense tout d'abord que tout le monde a été surpris que la 1ere alerte meteo (ROUGE ) du début de semaine n'ait pas eu plus de conséquences DRAMATIQUES que celà.Ceux qui ont eu les pieds dans l'eau me pardonneront mais le tintamare apocalyptique de l alerte rouge a accouché d une souris et ON S EN FELICITE TOUS ICI.Certains ont parlé de principes de précaution ,d'une coordinnation parfaite des services en état d'alerte :rolleyes: pourvu que celà dure et que ce zero défaut se renouvelle autant de fois que de graves intempéries montreront le bout de leur museau ;) Perso,je prefere un niveau d'alerte niveau 4 qui fait "pshitt"qu'un niveau d'alerte niveau 3 qui fait plus de dégat que l alerte 4 du début de semaine :angry:

Car enfin ,si l'on ne tient pas compte des quantités de pluies des jours précedents dans le déclenchement des niveaux d 'alerte ,il ne faudra pas s'étonner de la méfiance du grand public vis à vis du déclenchement de ces alertes.

Il y a sans doute quelque chose à revoir dans la vigilance,on pourrait peut etre y inclure le service des crues et de l'écoulement des eaux ,tenir compte de la reaction du sol à la repetition des pluies etc...voir jean louis à la télé :D :D Sur -_- à ce stade que le niveau de vigilance 4 aurait été réactivé sur le gard car pardonnez moi,ne tenir compte que de la pluviométrie sans la comparer avec la capacité des sols à éponger,c'est comme dire qu on est capable de mette 2 litres d'eau dans une bouteille d'1 litre :wacko:

bonsoir :( :mellow:

Link to comment
Share on other sites

La situation ne s'arrange pas dans le Gard ce soir, et l'orage en "V" qui sévit distinctement ce soir depuis environ 19h est sans cesse alimenté par des cellules naissantes près du littoral (en affaiblissement heureusement).

L'ennui, ce sont toujours les mêmes secteurs qui subissent les trombes d'eau (Vauvert, Bernis, région Nîmoise).

Le Lunellois est juste en marge de ce système qui produit de nombreux éclairs positifs à en juger les puissantes déflagrations qui parviennent à nos oreilles.

Il est tombé dans ces secteurs plus de 300mm avant-hier, et de nouveau plus de 150mm aujourd'hui (177mm en 12h à Nîmes Garons, et ce n'est pas fini).

 

Le (re)déclenchement d'une alerte rouge était attendu de tous cet après-midi au moment ou tous mes collègues de travail gardois étaient contacté indirectement (la famille) par les cellules de crise en place dans les communes concernées.

Ceux qui ont regagné leur domicile le plus souvent pour récupérer leurs enfants scolarisés, ou tout simplement pour être à tout prix chez eux ce soir, ont pris tous les risques sur les routes inondées, ajoutant à la confusion évitée l'avant-veille par une gestion impeccable de la crise.

 

Y'a-t-il eu un "bémol" dans la prévi aujourd'hui? -_-

Link to comment
Share on other sites

-Re bonjour à tous pour dire que je suis tout à fait d' accord avec vos réflexions sur les niveaux d' alerte atmosphétiques qui masquent le domaine des conséquences en ce qui concerne les crues et tous les débordements liés . C' est un autre domaine et un autre métier dont Jean-Louis pourrait nous esquisser les difficultés . Ne faudrait-il pas un autre type d'alarmes ( terrestres ) découpé en bassins versants qui doit exister sans connaître la publicité médiatique de la météo ; avec alors un autre code comme bleu/violet/noir, par exemple, puisque les couleurs "chaudes" sont prises ?

-Ce découpage par départements ne m' a jamais satisfait, quoique correspondant aux domaines d' intervention des secours . On voit bien tel département en jaune, imbriqué entre deux départements en orange . Le problème est aussi aigü en ce qui concerne d' autres paramètres comme le vent . La nature ignore nos limites administratives, mais c' est peut être déjà un progrès de descendre à cette échelle en attendant mieux .

-Moi aussi je me suis demandé pourquoi on ne restait pas en vigilance rouge quand j' ai vu arriver la deuxième vallée chaude, ne connaissant plus les seuils artificiellement choisis, bien sûr .

- Avons nous des nouvelles en ce qui concerne notre rencontre avec Christian Pagé Vendredi prochain ?

 

Amitiés et bonne journée à tous C.L.

Link to comment
Share on other sites

La faille n'est pas à chercher du côté de Météo-France, qui je pense, a très bien rempli sa mission.

 

Je vous rappelle que le Schapi est en train de tester une carte de vigilance pour tous les types de crues, et que cette carte devrait bientôt être disponible. S'il y a eu défaillance, je crois qu'il faut aller la chercher du côté des SPC et indirectement du Schapi. Météo-France n'a jamais eu dans ses prérogatives la prévision des crues !

 

Dominique -_-

Link to comment
Share on other sites

S'il y a eu défaillance, je crois qu'il faut aller la chercher du côté des SPC et indirectement du Schapi!

 

Ben voyons... Je l'attendais celle là !

 

Pourquoi en effet ne pas prés accuser le SCHAPI en phase test et les SPC qui ne sont pas encore opérationnels, mais que l'on pressent comme d'excellents futurs boucs emissaires potentiels de cette pluie et de cette montée des eaux, à multiples origines, et que personne ne pourra jamais vraiment maîtriser ?

 

 

Météo-France n'a jamais eu dans ses prérogatives la prévision des crues

D'accord directement mais indirectement à quoi sert la vigilance pluie ?

 

Décevant comme raisonnements en tout cas...

 

Plus professionnellement, MF ,le SCHAPI ou les SPC ne viseront jamais dans le mille avec ces systèmes de vigilance, aussi évolués qu'ils soient et Bernard STRAUS (vigi MF) que j'apprécie beaucoup l'évoquait avec intelligence ce soir.

Encore faut-il l'expliquer aux usagers et aux médias en fixant les limites de ce procédé plutôt que de leur distribuer une séduisante plaquette papier glacé faisant miroiter une belle carte avec la devise "dormez brave gens on veille sur vous..."

 

Pour les SPC et e SCHAPI bien sûr qu'il y aura plantage et j'ose espérer que MF ne sera pas le premier à s'en réjouir !

 

Nous ne surveillons pas toutes les rivières ni tous les cours d'eau, ni les digues, ni les égouts mal calibrés ou les fossés qui se bouchent, ni la saturation des sols, ni les exutoires sauvages ou mal dimensionnés ni les barrages lucratifs des particuliers, ni l'imperméabilisation due à l'urbanisation particulièrement tentaculaire et trés mal maitrisée dans ces zones à risques...

 

Il est quasi certain dans ce contexte et avec de telles quantités de pluies de boire la tasse sans que l'on connaisse vraiment, et au final, les points de départ de toute cette eau.

 

Autant pour MF ce sera difficile de prévoir le stationnement et la régénération d'une cellule pendant plusieurs heures au même endroit autant ce sera compliqué en hydrométéo d'anticiper sur l'hydrolicité et le comportement des lames d'eau correspondantes. Prétendre le contraire c'est tromper le public.

 

Mais de grâce évitons les déclarations de maternelle à 2 balles ou les "c'est pas nous c'est eux !..." :rolleyes: -_-

Edited by Jean-Louis
Link to comment
Share on other sites

De toutes façons, dans le Gard tout le monde sait qu'après des périodes de sécheresse, lorsque la pluie revient en septembre, il y a des inondations et en plus la terre y est assez argileuse donc l'eau ne s'imprègne pas et ruisselle au dessus. Au mois d'août, lorsque nous sommes allés voir ma famille, ils s'attendaient tous à des inondations donc pas besoin de suivre la vigilance rouge ou orange.

C'est pour cela que mon frère a vendu sa pépinière après la dernière grosse inondation qui a été celle de trop pour lui. Il habite en hauteur donc pas de risque. Les anciens sur l'ile de la Barthelasse à Avignon avaient construit leurs maisons à étage, le rez de chaussé servant seulement pour le matériel agricole car les inondations du Rhône étaient très fréquentes. (dixit ma grand mère qui a 95 ans) Il en était de même à Sommières mais la vie moderne a fait que les commerces se sont installés en rez de chaussé, zone inondable... Les anciens n'avaient pas météo france mais finalement se débrouillaient mieux que nous qui sommes trop assistés.

Vous faites tous un travail formidable à météo france ou au service des crues mais de temps en temps la nature est plus forte et nous n'y pouvons rien à part ne pas construire en zone inondable.

Quel temps demain sur Villefranche pour ma foire en Lauragais, j'espère un temps agréable après tout le travail que je me suis donnée.

Salut à tous !

Link to comment
Share on other sites

Effectivement le petit dominique a réponse a tout . Au maillon faible de Laurence Boccolini il ne ferait pas pale figure bien au contraire.

Je pense pouvoir penser et dire que le SHIAPI et les autres organismes de prévention des crues attendent tout d'abord la prévision de meteo-france et a partir de la prévision bonne ou mauvaise ces organismes ( shiapi , DDE , conseil general et regional , prefecture , mairie etc.... ) orientent leur action respective . C'est comme cela que cela marche n'es-ce pas jean-louis . Comment voulez-vous que la chaine d'information et d'action puisse se mettre correctement entrain si l'élement premier connait une grosse défaillance . Pour le gard et l'hérault l'alerte rouge n'aurait jamais due étre levée mercredi soir , surtout mercredi soir.

C'est l'image que je me fais de la france en ce moment ,ou tout fout le quand. Avez-vous vu le ministre de l'exterieur passer 1 heure dans Nimes au pas de charge et s'il vous plait en bottines hautes et bien cirées.Il ne lui manquait plus que le poney. Triste a voir tous cela .

Il faudra quand méme étre vigilant encore aujourd'hui sur les regions sud car avec la perturbation pluvio-orageuse et toute l'humiditè qui est a recycler cela risque encore de faire quelques millimétres en plus.

Link to comment
Share on other sites

Cher Jean-Louis, ne le prend pas mal !

 

Tu es un pionnier en ton genre.

 

C'est vrai que le SCHAPI et les SPC sont des nouvelles structures administratives qui doivent progressivement prendre leur vitesse de croisière.

 

Reconnais que le travail qui vous attend est énorme. Quelle responsabilité dans les mois et surtout les années à venir allez-vous avoir !? Plus importante que celles de MF, à n'en pas douter !!!

 

MF est un établissement plus ancien, donc plus solide.

 

Comme tu le dis si bien, à la différence d'autres pays européens notamment, MF est un service météorologique et non pas hydro-météorologique.

 

Dès qu'il y a une vigilance orange ou rouge pour le paramètre précipitation, MF, le SCHAPI et les SPC se concertent sur le suivi de la situation, et la plupart du temps, tout marche très bien !

 

Peut-être, nous expliqueras-tu les causes du dysfonctionnement entre MF et les services d'annonce des crues pour le second épisode cévenol d'hier et d'avant-hier !? C'était gros comme une maison que les cours d'eau allaient plus déborder que lors du premier épisode. Y avez-vous pensé ???

 

Pour reprendre tes propos et tes citations, peut-être que le "mille" ne sera jamais atteint, mais l'objectif (du moins chez MF) est bien de s'en rapprocher. Et MF s'en rapproche à chaque nouvel épisode critique qu'il soit de vent ou de fortes précipitations grâce à une modélisation toujours plus fine et à une expertise humaine à la hauteur.

 

Si on sait pas faire, on change de job !

 

A bon entendeur !

 

Dominique -_-

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous,

 

Bien sûr que nous convergeons tous (enfin nous essayons) vers le "mille".

Tout celà prendra de la bouteille bien sûr mais attention aux résultats que l'on affiche au départ ! En France (de trés loin mon pays préféré) on promet facilement de raser gratis ou des lendemains qui chantent. Seulement faut assumer derrière.

C'est une discussion que j'engage souvent avec mes supérieurs et même au ministère.

 

Il est sûr qu'il y a concertation préalable entre SCHAPI SPC et MF; pas assez même à mon gout mais ça vient.

 

Quant à Nîmes et la région si durement touchées je ne sais pas ce qui a disfonctionné, ce n'est pas mon secteur hydro mais une alerte rouge a bien été donnée sur la (ou le) Vistre dans l'aprés midi par le futur SPC (encore SAC actuellement) grand delta qui s'occupe de ce secteur. Beucoup d'informations aussi pour les côtes d'alertes en passe être dépassées. Trop tard et pas suffisant bien sur vu l'ampleur et l'embalement du phènomène.

J'ai eu un prévis au teléphone hier qui me disait que certes les cours d'eau ont monté en premier mais que trés rapidement l'eau est arrivée de partout y compris par les points bas, les exutoires, les égouts pluviaux (vous savez ceux dont la pression fait sauter le tampon en fonte comme un bouchon de champagne lors de la crue et qui aspirent les personnes dans les regards lors de la décrue) avec une pression phènoménale. Comment intégrer ces paramètres de crue urbaine ?

 

Dans la conversation il avait aussi l'impression que les utilisteurs (usagers, élus...) avaient relâché quelque peu leur attention (vigilance) la veille lors de la redescente du rouge en orange qui à pris peut être une valeur de fin définitive d'épisode dans l'inconscient collectif ? Allez savoir...

 

Mais dans notre société à flux tendus qui aurait eu la patience (contraintes fortes en vigi rouge) au soir de l'amélioration du premier épisode d'attendre encore 24 ou 48 heures en rouge ?

 

Imaginons dans ce cas que le 2ème épisode n'ait pas eu lieu. Le déchaînement aurait été total contre MF.

 

MF le SCHAPI et les SPC progresseront sans doute même difficilement mais pour la "culture du risque" il y a encore plus de boulot....

 

 

Pour ceux que cela interesse ci dessous un post que j'ai laissé dernièrement sur un autre forum et relatif à l'expérimentation en cours des SPC.

 

 

Cette carte (vigilance crues) sera élaborée par chaque Sevice de Prévision de Crues (22 au total) et agrégée par le SCHAPI, point d'appui nationanl des SPC, en une carte de vigilance nationale à 4 couleurs actualisée toute l'année 2 fois/jour.

 

Nous dépendons de METEO FRANCE pour les produits et indicateurs météo . Le SCHAPI et les SPC dépendent du ministère de l'écologie et du développement durable et de la direction de l'eau.

 

Le SCHAPI est temporairement installé dans les locaux MF à Toulouse; les SPC sont intégrés dans les DIREN (en ce qui me concerne) ou les DDE.

 

Nous ne faisons pas partie de MF mais nous faisons de la météo à forte dose en plus de l'hydrologie. Les agents du SCHAPI sont d'ailleurs pratiquement tous des ingé MF (ou DDE) en détachement.

 

Nous utilisons des produits spéciaux de MF ou des outils comme météo + pour la partie radar précipitations notamment.

Mais le travail du prévisionniste hydrométéo est nettement plus complexe que celui du prévis météo.

 

Outre les éléments météo, il faut connaître leur réaction par rapport au relief et savoir détecter les situations à risque le plus en amont possible.

Réactions prévues à croiser avec la situation hydrologique: Etat des niveaux, saturation des sols, fluctuations iso 0° pour les bassins en parties soumis au relief et à la neige etc...

 

Nous élaborons déja la carte mais de manière expérimentale et interne pour l'instant. Je puis vous assurer que c'st un sacré chantier pas évident du tout d'autant que je bosse en ce moment sur les critères permettant au 13 prévis de notre SPC de faire leur diagnostic et de choisir les couleurs...

 

Pas de recrutement direct. Concours annuels de l'équipement de l'agriculture ou de MF. Aprés intégration dans les ministères possibilités de muter sur les SPC ou SCHAPI. Pour les concours même niveau que pour MF techniciens supérieurs ou ingénieurs.

Link to comment
Share on other sites

On y arrive !

 

S'il y a eu "alerte rouge" déclenchée par le SAC du Gard, comment se fait-il que les autorités de terrain n'ont pas été aussi réactives !?

 

Le préfet du Gard ne me semble pas pourtant être du genre à minimiser la moindre information qui lui passe entre les mains !!!?

 

Peut-être qu'alors la faille est à aller chercher du côté des services du cabinet du Préfet !?

 

On a déjà connu ce genre de dysfonctionnements par le passé !!!!

 

Une enquête va être diligentée, j'en suis sûr, connaissant l'hôte de la place Beauvau ! Et on connaîtra bientôt la réponse...

 

Dominique -_-

Link to comment
Share on other sites

Quelques précisions pour éclairer le débat.

 

En fait, les futurs SPC, (nous sommes encore SAC: Service d'Annonce de Crues jusqu'en juillet 2006) fonctionnent encore selon les anciennes règles à savoir :

 

Dans la procédure avons un premier seuil de vigilance qui lorsqu'il est atteint ou dépassé avertit le technicien d'astreinte. Cette procédure est pour nous, pour nous préparer et rejoindre le central le + tôt possible.

 

Au dessus il y a le seuil de pré alerte qui concerne déjà les autorités pour le mode préparatoire des activations. Dés cet instant nous avertissons le Préfet de zone ( mais souvent dès le seuil de vigilance) et nous lui faisons un point sur la montée éventuelle en seuil d'alerte.

 

Au dessus encore il y a donc le seuil d'alerte dont nous informons le préfet le + tôt possible.. Dès lors nous faisons des bulletins de suivis et d'évolution de la situation pour le Préfet ou les services de secours, + appels CODIS etc...

Le public ou les maires ne sont avertis que par les préfectures . Système lourd avec des ratées...

 

Ca c'est la procédure en cours qui existe depuis plusieurs années et qui à fait malgré tout ses preuves.

Le SAC du Gard (futur SPC du grand delta) l'a appliquée.

 

Les prefets de zone ont reçu les premières infos dès ou avant le début du premier épisode.

Même dans l'accalmie passagère ces rivières sont restées en alerte ou au moins en préalerte et la procédure actuelle exige que le préfet recoive des informations en continu dès la préalerte, ce que mes collègues du Gard ont du faire je suppose car ils savent faire !.

Je pense que les collègues ont maintenu la pression au vu des cartes de l'expérimentation qui ne sont jamais descendues au dessous de l'orange.

 

Les tronçons étaient rouges lors du premier épisode mais ils sont repassés en orange lors du 2ème sauf sur celui de la Vistre demeuré en rouge.

Mais le Préfet était informé heure par heure du comportement des niveaux, c'est sûr; c'est la procédure obligatoire.

Je n'en sais pas plus.

 

Maintenant, ce bassin est le plus difficile en terme de prévisions de crues.

Crues torrentielles bien sûr extrêmement rapides et à peine prévisibles à trés courte échéance (à moyenne échéance n'en parlons pas) dont l'information est à faire passer par une structure préfectorale sans doute peu adaptée dans ce genre de cataclysme; je pense que le gros problème est venu de là.

Mais, quitte à me répèter, les inondations (ne pas confondre avec crues) ne sont pas toutes venues des rivières. Et là, joker dans l'état actuel des connaissances !

 

Je pense que cet "interface de décision" qui passe par les préfectures et qui sert de relais en quelque sorte a trouvé ses limites surtout dans le secteur Cévenol.

 

Ce sera probablement mieux (je l'espère sinon je mute) avec la nouvelle procédure de vigilance.

 

Vous aurez une carte actualisée 2 fois/jour sur laquelle vous reconnaitrez vos principaux fleuves et rivières (un chevelu). Vous aurez déjà la fameuse couleur de rivière en vert, jaune, orange, rouge.

 

Admettons votre tronçon en jaune. Vous cliquerez dessus pour en savoir plus.

Vous ouvrirez alors une fenêtre qui vous donnera les infos de cette zone plus en détail, l'allure des niveaux, la vitesse de hausse ou de baisses et quelques explications sur la couleur choisie, la tendance générale etc...

 

Depuis ce 2ème niveau vous aurez accés à un troisème qui vous détaillera tous les graphiques en temps réels des stations d'alerte de votre zone. Le tout complèté par un bulletin de prévision et les côtes prévues ;) si l'orange est mis.

 

En fait pour notre bassin Garonne cet accés 3ème niveau est déjà libre et trés utilisé.

 

http://www.hpgaronne.ecologie.gouv.fr/acrue/index2.htm mais il est encore en chantier.

 

Ainsi la procédure d'avertissement à la pref. sera maintenu mais c'est une avancée considérable pour les usagers, les maires qui auront de l'info immédiate et relativement mise à jour sur le web.

Bien entendu l'accés à ces 3 niveaux sera entièrement libre.

 

Veuillez bien m'excuser d'avoir été un peu rébarbatif.

Si vous avez des questions n'hésitez pas.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Jean-Louis : merci pour vos explications, c' est ce que j' attendais en dehors de toute polémique . Où en est la modélisation de ce domaine sans doute au moins aussi complexe, si ce n' est plus, que l' atmosphère ?

La modélisation météo a au moins 50 ans et elle commence à peine à donner des résultats fiables . Je vais me permettre de plaisanter : doit-on se donner rendez-vous dans cinquante ans pour voir des modèles parfaits ?

Et pour raisonner "à froid", avant les polémiques hivernales qui nous attendent : en ce qui concerne les avalanches , le problème est le même . D' ailleurs , le retentissement de l' atmosphère sur le manteau neigeux étant de toute évidence décalé, on a d' emblée mis en place une autre échelle de risque comme il eût fallu entre météo et hydrologie que le grand public ( et pas seulement le grand public , malheureusement ) confond .

Là aussi on attend des prévisions ponctuelles pour chaque massif, chaque versant, à toutes les altitudes, toutes les heures de la journée etc...pour permettre à toutes les imprudences de s' exercer comme le ski de couloirs, le snow-board dans un mètre de poudreuse ....On en reparlera . Mais alors il faudrait interviewer JMS, l' un de nos meilleurs prévis, à cheval sur les deux domaines, maintenant que vous avez eu la chance de le récupérer au SHAPI .

 

Amitiés, bonne journée, et à bientôt .C.L.

Link to comment
Share on other sites

Non, Jean-Louis, ton exposé sur le fonctionnement de l'échelle de vigilance des futurs SPC n'est pas du tout rébarbatif, au contraire, il est très intéressant et très instructif.

 

Peut-être permettra-t-il à certains d'arrêter de chercher parmi les corps techniques de l'Etat celui qui aurait été le plus défaillant. Suivez mon regard !!!

 

Par contre, pour répondre à la polémique de comptoir de Jakote, il serait peut-être intéressant de voir où cela a dysfonctionné au niveau des services préfectoraux et plus précisément dans la chaîne de transmission aval de l'information dite "d'alerte" (une "alerte rouge" ayant été déclenchée par le SAC du Gard sur au moins un cours d'eau lors du deuxième épisode).

 

Cordialement,

 

Dominique ;)

Link to comment
Share on other sites

Je ne désire pas spécialement "charger" les services de diffusion ou les Préfectures ou qui que ce soit car d'une part je ne le sais pas et c'est pas mon style, d'autre part ce genre d'exercice est vraiment périlleux ( de la prévis à l'intervention sur le terrain ) avec une telle intensité dans ce secteur.

 

A ce sujet je viens de voir un reportage TV sur cet évènement. Il s'agissait de sinistrés en lotissement relativement récent du coté de Lunel sans doute.

Inondés à presque chaque épisode de ce type.

 

Et bien leur rue principale n'est autre que...l'ancien lit de la rivière !!!!!

Comment peut-on en être arrivé à ce délire ?!

Certainement pas la faute à MF SCHAPI SPC ou Pref à qui on demande

pourtant d'assumer !

 

Cela me fait penser, en moins grave, à ceux qui construisent peu à peu autour des aéroports en place depuis longtemps et qui, un beau jour, réclament sa fermeture pour nuisance !

 

Bref je ne reviendrai plus sur cet épisode inquiétant et dramatique même (et heureusement ) s'il n'y a pas eu de décés.

 

Puissent nos édiles et décideurs en retenir la leçon...

Edited by Jean-Louis
Link to comment
Share on other sites

Entièrement d'accord avec toi JL pour ton analyse.

 

Mais il faut se mettre à la place des sinistrés qui sont en droit d'avoir des explications sur les raisons pour lesquelles ils n'ont pas été prévenus à temps de l'arrivée de la crue.

 

Personnellement, j'ai du mal à croire que voir les égouts déborder brusquement, c'est un phénomène inattendu dans ces régions soumises régulièrement aux crues-éclairs.

 

N'oublions pas que les mêmes choses ont été dites pour les inondations de Nîmes en 1988, il y a 17 ans déjà !

 

MF (anciennement météorologie nationale) et les services d'annonce des crues existaient déjà à l'époque et avaient pourtant averti les autorités de l'époque.

 

Cordialement,

 

Dominique ;)

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
×
×
  • Create New...