Jump to content

Le jet stream, plus fort, ralentit ou accélère la vitesse des avions


Jean-Louis

Recommended Posts

Bonsoir à tous,

 

 

Je vous propose ci-dessous le texte de l'AFP qui vient de paraître sur plusieurs médias relativement à l'accélération du jet stream transatlantique nord souvent évoqué sur ce forum et ayant une incidence sur la vitesse et le parcours des avions en fonction de leur sens de déplacement ouest ou est.

Exemple du 8 janvier 2015 avec un jet très puissant et un zonal marqué qui ont généré des tempêtes entre le 50éme et le 60ème parallèle nord (c'était plus au sud en 2014).

 

Sur un fond de vérité indéniable en ce qui concerne la vitesse des avions, l'explication des causes très (trop ?) vite attribuées au réchauffement climatique paraît vraiment succinte surtout sans développement scientifique dans le texte.

 

On aimerait en effet en savoir un peu plus sur cet « affaiblissement des basses couches du jet-stream» (?) a priori étudiées par James Screen, expert du climat de l'université britannique d'Exeter.

 

Par contre il est intéressant de suivre (sur le web) les travaux du Dr Jennifer Francis, climatologue de l'université Rutgers au New Jersey.

Travaux relatifs à la modification de la circulation autour des ondes planétaires et qui reviennent sur la déformation du jet stream constaté plus méridien que zonal depuis quelques années.

 

Mais est-ce la conséquence du réchauffement ou bien.....une des causes ? (transport plus dynamique de l'énergie vers les pôles qu'elle réchauffe).

 

Pour en revenir au texte et aux avions ci-dessous, il semble bien en effet que l'air tropical ou subtropical « pousse » davantage, depuis quelques temps, vers les pôles, y compris en hiver, d'où ces fortes confrontations avec de l'air pôlaire induisant de puissants jets et de fortes pentes baroclines favorisant de grosses tempêtes. J'arrête là, il y aurait des pages à remplir.

 

N'hésitez pas à vous exprimer

 

Texte AFP:

Le dérèglement du jet-stream, sous l'effet de la fonte accélérée de l'Arctique, a-t-il débuté? La question agite les scientifiques cet hiver, alors que les vents d'altitude sont anormalement déchaînés et perturbent jusqu'à la durée des vols transatlantiques.

Les courants aériens obligent les avions à se ravitailler

Le 8 janvier, alors que des milliers de Britanniques étaient privés d'électricité sous l'effet d'une violente tempête, le vol 114 de British Airways a effectué la liaison New York - Londres en 05h16. Le Boeing 777 a flirté avec la vitesse du son en battant le record de la traversée de l'Atlantique nord pour ce type d'appareils. Le jet-stream souffle d'Ouest en Est. Les puissants courants aériens ces dernières semaines obligent un nombre croissant d'avions venant d'Europe, à court de carburant, à se poser pour ravitailler avant d'arriver à leur destination finale.

 

La fonte des glaces a ou aura une incidence sur le jet-stream

Véritable moteur du climat de l'hémisphère nord, le jet-stream est traditionnellement plus fort en hiver car ce courant d'altitude est formé par la différence de température opposant l'Arctique et les tropiques. A l'altitude de croisière des avions de ligne, environ 10 km au-dessus de la surface de la mer, les vents peuvent dépasser les 300 km/h. Or, sous l'effet du réchauffement climatique généré par l'activité humaine, le Grand Nord se réchauffe à grande vitesse, plus rapidement qu'ailleurs sur la planète. Pour les scientifiques, la fonte des glaces a, ou aura, une incidence sur le jet-stream.

A la pointe des recherches sur ce phénomène, Jennifer Francis, climatologue de l'université Rutgers au New Jersey et spécialiste de l'Arctique, tente depuis 2012 de développer des outils spécifiques pour mesurer «l'atmosphère chaotique du jet-stream». A l'automne dernier, elle a exposé ses premières observations et conclusions à la Royal Society des sciences d'Angleterre. «Le jet-stream a été anormalement fort ces deux derniers hivers, les cycles météorologiques ne sont plus réguliers et on prévoit qu'il en sera de même les prochaines années», observe Jennifer Francis.

 

Le réchauffement va entraîner une nette hausse des turbulences en avion

«Certains modèles montrent que sa trajectoire pourrait changer et que sa vitesse pourrait s'accélérer dans un climat plus chaud», admet James Screen, expert du climat de l'université britannique d'Exeter. Il appelle néanmoins à la prudence: «Les observations actuelles ne sont pas suffisantes pour dégager une tendance», car l'emplacement et la puissance du jet-stream «varient beaucoup d'année en année».

D'ores et déjà, il apparaît que la fonte des glaces, et sa conséquence le réchauffement de la température moyenne du Grand Nord, créent «un affaiblissement des basses couches du jet-stream», relève Paul Williams, climatologue à la Royal Society des sciences d'Angleterre. Reste que les avions volent à des altitudes bien supérieures, souligne-t-il. A l'aide d'un des plus puissants ordinateurs, ce chercheur peut déjà affirmer que le réchauffement va entraîner une nette hausse des turbulences en avion. «D'ici 2050, vous passerez deux fois plus de temps en vol dans des turbulences», avertit-il.

post-44-0-61310900-1423689390.jpg

Edited by Jean-Louis
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
×
×
  • Create New...