Jump to content

Les liens entre les indices NAO,PDO,etc.


Recommended Posts

Bonsoir,

 

Le Met Office vient de publier un bilan provisoire pour l'hiver 2009-10, un hiver sous le signe du froid et la neige à la grandeur du pays.

 

http://www.metoffice.gov.uk/climate/uk/2010/winter.html

 

The UK mean temperature for the winter was 1.6 °C, which is 2.1 °C below average, provisionally making it the coldest winter since 1978/79 (1.2 °C)

post-13-1268864195_thumb.gif

Edited by cpweather
Link to comment
Share on other sites

Toutefois, si l'hiver a été plus clément pour la moitié sud, il a été copieusement arrosé. En fait, tout l'hiver durant, le courant-jet a été anormalement plus au sud sur l'Atlantique (en fait plus depuis la centre de l'Amérique du Nord jusqu'en Europe), entrainant une kyrielle de dépressions sur le sud de l'Europe.

 

Ci-bas, les accumulations pour Dec-Jan-Fev

post-13-1268862686_thumb.gif

Edited by Jean-François
Link to comment
Share on other sites

Une vision globale de la situation permet de constater que l'anomalie froide sur l'Europe s'étend sur la Russie et sur une large portion de la Chine. Il est intéressant de noter que l'Eurasie (plus froid au nord et plus chaud au sud) montre un protrait inverse de l'Amérique du Nord (plus chaud au nord et plus froid au sud).

post-13-1268863488_thumb.gif

Link to comment
Share on other sites

http://img44.imageshack.us/img44/3562/z500eallaw.gif

 

Cette carte montre le pattern de novembre à mars lors des hivers El-Nino. Assez semblable. Cependant, cette année, l'Europe semble avoir été touchée plus sévèrement.

Edited by A.Theunissen
Link to comment
Share on other sites

Et voilà, y'a t'il encore des gens surpris de l'Hiver que l'on a eu ou pas eu et la ,je ne parle pas pour moi. Encore une fois comme je l'avais déjà mentionné plutôt en saison... quand notre coin de pays subit les effets plus que clément d'un El-Nino...et bien c'est les moments ou nos voisins de l'autre côté de l'Atlantique subit leurs plus gros Hivers.

 

C'est un peu leur La-Nina à eux.

 

Justement remarquer bien que lorsque nous subirons notre prochain La-Nina, je vous parie ce que vous voudrez et gardez la cassette proche, eux subirons un Hiver très doux.

 

En passant, merci! à Jean-François et à Allan pour les graphiques.

Edited by Mizar
Link to comment
Share on other sites

Et voilà, y'a t'il encore des gens surpris de l'Hiver que l'on a eu ou pas eu et la ,je ne parle pas pour moi. Encore une fois comme je l'avais déjà mentionné plutôt en saison... quand notre coin de pays subit les effets plus que clément d'un El-Nino...et bien c'est les moments ou nos voisins de l'autre côté de l'Atlantique subit leurs plus gros Hivers.

 

C'est un peu leur La-Nina à eux.

 

Justement remarquer bien que lorsque nous subirons notre prochain La-Nina, je vous parie ce que vous voudrez et gardez la cassette proche, eux subirons un Hiver très doux.

 

En passant, merci! à Jean-François et à Allan pour les graphiques.

Salut Erick. Tu veux absolument attribuer à El Nino seul le mérite de l'hiver que l'on vient d'avoir. :blink: La signature circulatoire est là, aucun doute. Mais des anomalies de géopontentiels de plus de 10 Dam sur le 3/4 du territoire canadien et du Groenland cet hiver comparativement à 4 Dam concentrés sur la Baie de James en moyenne pour les 9 derniers El Nino nous obligent à regarder ailleurs. El Nino n'est pas justifié de réchauffer l'Arctique à ce point. Il a initié la circulation, mais d'autre chose est venu l'amplifier.

 

MH

Edited by MicHuot
Link to comment
Share on other sites

Et voilà, y'a t'il encore des gens surpris de l'Hiver que l'on a eu ou pas eu et la ,je ne parle pas pour moi. Encore une fois comme je l'avais déjà mentionné plutôt en saison... quand notre coin de pays subit les effets plus que clément d'un El-Nino...et bien c'est les moments ou nos voisins de l'autre côté de l'Atlantique subit leurs plus gros Hivers.

 

C'est un peu leur La-Nina à eux.

 

Justement remarquer bien que lorsque nous subirons notre prochain La-Nina, je vous parie ce que vous voudrez et gardez la cassette proche, eux subirons un Hiver très doux.

 

En passant, merci! à Jean-François et à Allan pour les graphiques.

Salut Erick. Tu veux absolument attribuer à El Nino seul le mérite de l'hiver que l'on vient d'avoir. :wacko: La signature circulatoire est là, aucun doute. Mais des anomalies de géopontentiels de plus de 10 Dam sur le 3/4 du territoire canadien et du Groenland cet hiver comparativement à 4 Dam concentrés sur la Baie de James en moyenne pour les 9 derniers El Nino nous obligent à regarder ailleurs. El Nino n'est pas justifié de réchauffer l'Arctique à ce point. Il a initié la circulation, mais d'autre chose est venu l'amplifier.

 

MH

Allo Michel, El-Nino pour moi a bâtit une autoroute... cette autoroute a créer des blocages pratiquement permanant fesant en sorte que les principaux systèmes revenaient constament vers l'Ouest mais le côté chaud vers le Nord.

 

C'est ma p'tite théorie... :wacko: Bonne Journée @ toi.

 

Je suis l'homme d'une seul idée... :blink:

Link to comment
Share on other sites

Pour que tout le monde puissent avoir une idee de cet hiver 2009/2010 qui sur une grande partie de l'Asie, toute l'Europe et les 2/3 de l'USA a ete bien froid avec des intemperies pas vu depuis 16 a 30 ans voir des records, voici un resumé de ces intemperies et une video de 19minutes en 2 parties que j'ai realisé :

 

http://www.laterredufutur.com/html/modules...order=0&thold=0

 

Williams

Link to comment
Share on other sites

http://img44.imageshack.us/img44/3562/z500eallaw.gif

 

Cette carte montre le pattern de novembre à mars lors des hivers El-Nino. Assez semblable. Cependant, cette année, l'Europe semble avoir été touchée plus sévèrement.

Tiens, interessante cette carte ! Outre ce qui a ete dit plus haut, ce qui m'etonne, c'est surtout l'apparente symetrie nord-sud autour de l'equateur, avec un leger dephasage est-ouest.

 

En ce qui concerne le lien entre El Nino et ce dernier hiver, les cartes parlent d'elles-memes. Bien entendu, autre chose (ou son absence) est venu amplifier le phenomene. Bravo !

Link to comment
Share on other sites

En ce qui concerne le lien entre El Nino et ce dernier hiver, les cartes parlent d'elles-memes. Bien entendu, autre chose (ou son absence) est venu amplifier le phenomene. Bravo !

Peut-être l'absence de glace sur la Côte-Est du Labrador et partout dans le Golfe,les Maritimes...

Link to comment
Share on other sites

Et voilà, y'a t'il encore des gens surpris de l'Hiver que l'on a eu ou pas eu et la ,je ne parle pas pour moi. Encore une fois comme je l'avais déjà mentionné plutôt en saison... quand notre coin de pays subit les effets plus que clément d'un El-Nino...et bien c'est les moments ou nos voisins de l'autre côté de l'Atlantique subit leurs plus gros Hivers.

 

C'est un peu leur La-Nina à eux.

 

Justement remarquer bien que lorsque nous subirons notre prochain La-Nina, je vous parie ce que vous voudrez et gardez la cassette proche, eux subirons un Hiver très doux.

 

En passant, merci! à Jean-François et à Allan pour les graphiques.

Salut Erick. Tu veux absolument attribuer à El Nino seul le mérite de l'hiver que l'on vient d'avoir. :blink: La signature circulatoire est là, aucun doute. Mais des anomalies de géopontentiels de plus de 10 Dam sur le 3/4 du territoire canadien et du Groenland cet hiver comparativement à 4 Dam concentrés sur la Baie de James en moyenne pour les 9 derniers El Nino nous obligent à regarder ailleurs. El Nino n'est pas justifié de réchauffer l'Arctique à ce point. Il a initié la circulation, mais d'autre chose est venu l'amplifier.

 

MH

Tiens Michel, elle est peut-être la notre réponse.

 

Double-dip Arctic Oscillation

 

As noted previously, the Arctic Oscillation has been extremely negative this winter, with unusually high surface pressure over the Arctic Ocean. Following a strong negative phase from mid-December through mid-January, the AO briefly went positive, but then dipped again to a strongly negative phase. For more information on the Arctic Oscillation, see the NOAA Climate Prediction Center Web site.

 

The strong negative AO has contributed to cold temperatures throughout much of the U.S. and northern Europe, and the notable snow events in the eastern U.S. However, the impact on the Arctic has been quite different. First, a negative AO tends to bring warmer than normal temperatures to the Arctic. This factor contributed to the low ice conditions in the Atlantic side of the Arctic, discussed above. Second, the AO has a strong effect on Arctic sea ice motion. The pattern of winds associated with a strongly negative AO tends to reduce export of ice out of the Arctic through the Fram Strait. This helps keep more of the older, thicker ice within the Arctic. While little old ice remains, sequestering what is left may help keep the September extent from dropping as low as it did in the last few years. Much will depend on the weather patterns that set up this spring and summer.

Link to comment
Share on other sites

Tiens Michel, elle est peut-être la notre réponse.

 

Double-dip Arctic Oscillation

 

As noted previously, the Arctic Oscillation has been extremely negative this winter, with unusually high surface pressure over the Arctic Ocean. Following a strong negative phase from mid-December through mid-January, the AO briefly went positive, but then dipped again to a strongly negative phase.

 

Ben c'est ça qu'on a dit tout l'hiver. L'interconnection entre El Nino et le AO négatif et persistant.

 

Peut-être l'absence de glace sur la Côte-Est du Labrador et partout dans le Golfe,les Maritimes...

Ça c'est la conséquence, pas la cause.

Edited by Regg001
Link to comment
Share on other sites

Justement remarquer bien que lorsque nous subirons notre prochain La-Nina, je vous parie ce que vous voudrez et gardez la cassette proche, eux subirons un Hiver très doux.

Je te donne partiellement raison pour cet aspect - même s'il n'y a pas que la Nina qui joue un rôle. Pour l'hiver 2007/2008 qui a été ici un record de précipitation sous forme de neige, voici ce que disait Météo France pour la même période - et ça rejoint ce que tu dis.

 

Cela fait 58 ans que l'hiver n'a pas été aussi clément. Selon un bilan publié par Météo France vendredi, "la durée d'insolation" de l'hiver 2007-2008 a été "exceptionnelle", notamment sur les deux-tiers nord du pays. Ainsi, à Paris, le soleil a brillé près de 300 heures, contre une moyenne de 187 heures dans les années 1990. L'ensoleillement a également dépassé "sensiblement" les moyennes dans le Sud-ouest et a été excédentaire dans le Sud-est.

 

De même, plus chaud de 1,1°C que les normales saisonnières, l'hiver a été "particulièrement sec et relativement doux", ajoute Météo France.

Link to comment
Share on other sites

Tiens Michel, elle est peut-être la notre réponse.

 

Double-dip Arctic Oscillation

 

As noted previously, the Arctic Oscillation has been extremely negative this winter, with unusually high surface pressure over the Arctic Ocean. Following a strong negative phase from mid-December through mid-January, the AO briefly went positive, but then dipped again to a strongly negative phase.

 

Ben c'est ça qu'on a dit tout l'hiver. L'interconnection entre El Nino et le AO négatif et persistant.

 

Peut-être l'absence de glace sur la Côte-Est du Labrador et partout dans le Golfe,les Maritimes...

Ça c'est la conséquence, pas la cause.

Erick, les indices d'oscillations ne sont que des constatations de patrons atmosphériques, pas des explications. La vrai question est qu'est ce qui engendre ce AO négatif si persistant et récurrent depuis des années (qui est synonyme à nos bloc Rex et qui est synonyme au réchauffement arctique)? La teleconnexion avec El NINO explique surement son ampleur cet hiver mais pas sa persistance. On hésite encore à parler de changements climatiques qui sont ni plus ni moins que des changements de patrons atmosphériques.

 

Pris de Wiki:

 

MH

post-13-1269005604_thumb.gif

Link to comment
Share on other sites

Selon Wiki (Merci Michel), la phase d'est de la QBO favorise une AO négative. Ainsi, serions-nous dans une phase d'est de la QBO ? Peut-être que la AO était particulièrement négative cet hiver à cause simplement de la conjonction d'un El Nino modéré avec une QBO modérée ou forte ?

 

Si la AO est une conséquence (plutôt qu'une cause) des patrons atmosphériques, je ne pense pas qu'on puisse en dire autant de la QBO, dont la périodicité est beaucoup plus régulière (la période étant de 2 ans environ).

 

Enfin, qu'en pensez-vous ?

Link to comment
Share on other sites

Ca fait quand meme quelques temps que l'hypothèse ait été lancée. Je regardes depuis 2 ans l'évolution du QBO et il est très clair qu'il joue un rôle non négligeable.

http://www.cpc.noaa.gov/data/indices/qbo.u30.index

 

En plus, il faut coupler ces indices avec d'autres et non les utiliser seuls. Le QBO joue sur les zonal winds à 30mb, ce qui joue aussi sur les tempêtes tropicales et la saison des ouragans ici en Amérique. Nous sommes aussi en phase PDO positif depuis la fin de l'été passé malgré le fait que nous allons passé au cycle négatif du PDO.

http://jisao.washington.edu/pdo/PDO.latest

 

Alors un El-Nino + PDO positif + QBO négatif(Major winter stratospheric warmings preferentially occur during the easterly phase of the QBO), donc qui peut déstabiliser le vortex polaire et amener un AO-.

Edited by A.Theunissen
Link to comment
Share on other sites

Tiens Michel, elle est peut-être la notre réponse.

 

Double-dip Arctic Oscillation

 

As noted previously, the Arctic Oscillation has been extremely negative this winter, with unusually high surface pressure over the Arctic Ocean. Following a strong negative phase from mid-December through mid-January, the AO briefly went positive, but then dipped again to a strongly negative phase.

 

Ben c'est ça qu'on a dit tout l'hiver. L'interconnection entre El Nino et le AO négatif et persistant.

 

Peut-être l'absence de glace sur la Côte-Est du Labrador et partout dans le Golfe,les Maritimes...

Ça c'est la conséquence, pas la cause.

Ok,Ok,Ok... j'ai du en manquer quelques bouts depuis que le sujet est ouvert et je m'incline humblement.

 

C'est un article en Anglais. Mon seul problème avec l'Anglais est-que, je le parle courament, pas de problème...sauf que je ne le comprend pas. :o

Edited by Mizar
Link to comment
Share on other sites

Tiens Michel, elle est peut-être la notre réponse.

 

Double-dip Arctic Oscillation

 

As noted previously, the Arctic Oscillation has been extremely negative this winter, with unusually high surface pressure over the Arctic Ocean. Following a strong negative phase from mid-December through mid-January, the AO briefly went positive, but then dipped again to a strongly negative phase.

 

Ben c'est ça qu'on a dit tout l'hiver. L'interconnection entre El Nino et le AO négatif et persistant.

 

Peut-être l'absence de glace sur la Côte-Est du Labrador et partout dans le Golfe,les Maritimes...

Ça c'est la conséquence, pas la cause.

Erick, les indices d'oscillations ne sont que des constatations de patrons atmosphériques, pas des explications. La vrai question est qu'est ce qui engendre ce AO négatif si persistant et récurrent depuis des années (qui est synonyme à nos bloc Rex et qui est synonyme au réchauffement arctique)? La teleconnexion avec El NINO explique surement son ampleur cet hiver mais pas sa persistance. On hésite encore à parler de changements climatiques qui sont ni plus ni moins que des changements de patrons atmosphériques.

 

Pris de Wiki:

 

MH

J'Pense bien que je vais enfin te donner raison Michel. Enfin que tu dois dire. @?#%$! qui est tannant ce Mizar avec son El-Nino.

 

Mais je continu mes recherches et il n'est pas dit que je ne reviennerai pas à la charge sous peu pour hanter tes journés :o

Edited by Mizar
Link to comment
Share on other sites

J'Pense bien que je vais enfin te donner raison Michel. Enfin que tu dois dire. @?#%$! qui est tannant ce Mizar avec son El-Nino.

 

Mais je continu mes recherches et il n'est pas dit que je ne reviennerai pas à la charge sous peu pour hanter tes journés :o

Je me disais la même chose Erick quand je voyais qu'il n'y avait pas de riposte. :o Y doit être tanné de s'obstiner avec Huot. -_- Mais je ne te trouve pas tannant, au contraire tu m'obliges à chercher plus et ça j'aime ça. D'ailleurs je crois que c'est le but du forum. J'espère juste que l'on s'obstine pas pour la même chose.

 

Bonne journée. :huh:

 

MH

Link to comment
Share on other sites

Ca fait quand meme quelques temps que l'hypothèse ait été lancée. Je regardes depuis 2 ans l'évolution du QBO et il est très clair qu'il joue un rôle non négligeable.

http://www.cpc.noaa.gov/data/indices/qbo.u30.index

 

En plus, il faut coupler ces indices avec d'autres et non les utiliser seuls. Le QBO joue sur les zonal winds à 30mb, ce qui joue aussi sur les tempêtes tropicales et la saison des ouragans ici en Amérique. Nous sommes aussi en phase PDO positif depuis la fin de l'été passé malgré le fait que nous allons passé au cycle négatif du PDO.

http://jisao.washington.edu/pdo/PDO.latest

 

Alors un El-Nino + PDO positif + QBO négatif(Major winter stratospheric warmings preferentially occur during the easterly phase of the QBO), donc qui peut déstabiliser le vortex polaire et amener un AO-.

D'accord Allan, les anomalies de températures de la surface de l'océan Pacifique nord - si je ne me trompe pas, c'est ce que représente le PDO - ont probablement un impact sur le AO (Arctic Oscillation).

 

Cependant, je regarde le tableau du PDO (merci pour le lien !) et je ne vois pas grand régularité, quoi qu'on voit bien que les données ne sont pas (entièrement) aléatoires. Donc, le PDO n'est pas comme le QBO, qui est vraiment régulier, avec une période habituelle de deux ans, parfois trois. Le PDO pourrait autant être une cause qu'une conséquence de l'évolution des patrons atmosphériques. En fait, je dirais qu'il est les deux en même temps.

 

Tout le problème des causes est de savoir comment séparer les phénomènes engendrés par les patrons atmosphériques des phénomènes qui engendrent ces patrons. La plupart des phénomènes du couple atmosphère-océan sont "non-linéaires", c'est-à-dire qu'ils font à la fois partie des causes et des effets. Alors, toute séparation sera un peu artificielle. Cependant, certains phénomènes sont moins sensibles aux patrons atmosphériques. C'est le cas du El Nino, une fois qu'il est bien enclenché. C'est le cas aussi du QBO, on le devine par sa très grande régularité. Ce sont des phénomènes qui résultent d'une grande accumulation d'énergie.

 

Si on cherche des causes (autres que dans la variabilité habituelle) à la phase exceptionnellement négative de l'AO des derniers mois, il faut regarder au niveau des indices qui varient de façon régulière, car ce sont les seuls aspects qu'on peut comprendre comme étant dûs à des phénomènes relativement autonomes, bien que couplés à l'ensemble de l'atmosphère et des océans.

 

Quant aux indices qui ne varient pas de façon régulière et prévisible (à l'échelle de plusieurs mois) :

1) soit ils s'expliquent comme étant la conséquence des combinaisons d'indices réguliers (tels le QBO et El Nino);

2) soit ont les voit comme conséquence directe de la variabilité associée à la part chaotique (donc imprévisible, à l'échelle de plusieurs mois) de la dynamique du couple atmosphère-océan;

3) soit ils résultent un peu des deux.

 

Il semble clair qu'un AO fort et persistant tombe dans la première catégorie. Il en est possiblement de même d'un PDO fort et persistant. Des AO et PDO faibles et/ou non persistants tomberaient plutôt dans les catégories 2 et/ou 3.

Edited by Wave
Link to comment
Share on other sites

Le PDO a un cycle assez long.

http://www.lakepowell.net/sciencecenter/PD...rical_Index.jpg

 

...et présentement, on rentrerait dans le cycle négatif, ce qui signifie qu'on devrait voir plus de La-Nina que de El-Nino dans les prochaines années.

 

Ce qui est arrivé cet hiver est selon moi un exemple de plusieurs indices qui tombent en meme temps dans leurs phases qui favorisaient les températures qu'on a connu sur le globe.

 

Pour avoir un AO négatif, il faut absolument avoir un vortex polaire faible, et il faut alors trouver la cause de l'affaiblissement du vortex. Les liens avec la stratosphère sont là mais pas tout à fait 100% compris. Un vortex polaire faible est en lien avec un QBO-, qui (le QBO-) favoriserait un réchauffement de la stratosphère qui se propagerait vers la troposphère pour venir modifier le AO en l'amenant négatif. Il y a là un lien assuré entre les 2.

 

Donc cet hiver, nous avons connu une confluence des indices qui a permis ce que nous avons eu comme températures et précipitations ici et en Europe.

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...